Dernier extrait de mon roman

Découvrez le 10ème extrait de mon roman
« Les cadeaux mal emballés »

Béatrice SEBAG – Auteur

10ème Extrait de mon Roman

Ce 10ème extrait, de mon livre disponible sur Amazon, est le dernier.

C’est fragile l’intimité – Suzanne JACOB

Vous avez déjà pu lire et écouter les 9 premiers extraits.

Pour mémoire, vous pouvez les retrouver grâce aux liens ci-après :

1er extrait du roman de Béatrice SEBAG

2ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

3ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

4ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

5ème extrait de mon roman

6ème extrait de mon roman

7ème extrait de mon roman

8ème extrait de mon roman

9ème extrait de mon roman

10ème extrait de mon roman par Béatrice SEBAG

Cliquez sur la vidéo ci-après pour écouter l’audio du 10ème et dernier extrait :

Quand les gens racontent des mensonges, c’est que la vérité ne nous regarde pas, chacun à droit à son intimité -Jean-Yves DUPUIS

Roman « Les cadeaux mal emballés »

10ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG AUTEUR

Un peu avant les vacances scolaires, Eugène convoqua Emma dans la cuisine pour discuter, il avait quelque chose d’important à lui dire. 

Surprise, Emma s’installa en face de lui autour de la table à manger. 

Liliane, debout à côté de l’évier, un peu à l’écart, terminait d’essuyer la vaisselle. 

Eugène semblait gêné et ne savait manifestement pas comment aborder le sujet. Emma remarqua son trouble et n’avait aucune idée du sujet qu’il souhaitait aborder.

10ème extrait de mon roman- Béatrice SEBAG

Elle sentait cependant que le moment paraissait solennel. Son père était calme et sa mère demeurait muette, voire absente. Il commença ainsi :

  • Emma, tu es maintenant une jeune fille, je dis ça par rapport au fait que tu as tes règles à présent. Vois-tu, arrivera le moment, dans six mois, un an ou deux… Où un garçon, un homme cherchera à s’approcher de toi, de manière plus… intime je dirais. À ce moment, il t’embrassera et te prendra dans ses bras… Il touchera ton corps, et, probablement que lorsqu’il caressera tes seins, tu…

Il regarda alors Liliane qui baissa la tête en feignant de se concentrer à essuyer avec le torchon, toujours la même assiette, comme pour fuir la conversation et le laisser gérer.

10ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG
  • Tu risques de perdre la tête, euh… le contrôle et tu te retrouveras, enfin tu vois, ça sera ton premier rapport sexuel. Tu comprends ?
  • Oui. Acquiesça Emma, en souriant.
  • Il y a des femmes qui se font avoir parfois en fonction des hommes… Et moi, enfin avec Liliane, on ne voudrait pas que tu te fasses avoir, tu vois ?! Tu es jeune, tu es un joli brin de fille et tu veux faire des études. Il y a des filles qui tombent enceintes très jeunes et après elles se retrouvent avec un moutard et : terminées les études ! On ne pense pas que ce serait l’idéal pour toi, tu vois ! Tu comprends ?
  • Oui, oui. Répondit Emma en se retenant d’éclater de rire tant la situation paraissait embarrassante et surréaliste. 

Elle se demandait bien pourquoi, à l’instar de ses autres copines, ce n’était pas une conversation initiée par sa mère, en tête à tête. Puis elle songea que Liliane n’avait pas connu sa mère et que les rapports avec sa belle-mère, P’tite-Mère, avaient dû se limiter à l’essentiel. Bref… Son père enchaina.

  • Quand tu sentiras le moment, dans un an ou deux, je ne sais pas… J’aimerais que tu puisses nous faire confiance et nous en parler. Comme ça, nous prendrions rendez-vous chez le toubib pour que tu puisses prendre la pilule afin de ne pas prendre le risque de gâcher ta jeunesse, tu vois ?! À ce moment-là, j’aimerais que tu puisses te sentir libre de nous en parler afin qu’on fasse le nécessaire, tu vois ?!
10ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Emma sentit son pouls s’accélérer, une chaleur lui monter au visage et dans les mains, et des picotements désagréables lui chatouiller le cou et les aisselles. Son sourire se crispa et ses abdos et ses fesses se contractèrent machinalement avant qu’elle ne puisse répondre. 

  • Oui, je vois. 

Eugène, connaissant sa fille au regard et au visage plus qu’expressifs, sentit un malaise. 

10ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG
  • Qu’est-ce qu’il y a, Emma ? Tu fais une drôle de tête. Qu’est-ce qui ne va pas ? Je vois bien qu’il y a quelque chose…

Il se tut pendant un instant en cherchant à déchiffrer le comportement de sa fille et son langage non verbal. 

  • Tu as déjà fait l’amour ? C’est ça ?! Tu as déjà eu un premier rapport avec un garçon ?
10ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG
  • Moui… Marmonna Emma en tentant de cacher un sourire qui voulait en dire long.
  • Ah. Répondit Eugène, visiblement décontenancé. Son corps semblait être tombé d’un étage. 
10ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Emma ne savait que penser de cet échange. Son intuition lui soufflait qu’il aurait dû avoir lieu avec Liliane et non avec son père. Elle songeait en outre au délai qu’avait considéré son père pour son premier rapport sexuel, soit dans six mois, un an ou deux… Elle ne put s’empêcher de se mettre à sa place. Sur quoi se basait-il pour envisager cette étape ? Sur une moyenne nationale, son expérience, celle de Sylvain et Chantal ?… Connaissant son père et ses habitudes de tout prévoir, d’anticiper au maximum pour ne pas « se faire avoir » comme il ne cessait de répéter, ne pas se trouver au pied du mur, chose qu’il détestait, pour garder le contrôle, elle pressentait que la discussion allait tourner vinaigre. 

10ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

« Seule la lecture de ses livres nous fait entrer dans l’intimité d’un écrivain et c’est là qu’il est au meilleur de lui-même et qu’il nous parle à voix basse sans que sa voix soit brouillée par le moindre parasite »

Patrick MODIANO

Pour aller plus loin


Ce passage fait partie du chapitre 10 qui évoque l’adolescence d’Emma une fois qu’elle rencontre Romain.


Mais pour en savoir plus, cliquez ici pour commander le 1er Tome de mon roman 🙂

Roman les cadeaux mal emballés
Sur Amazon 🙂

Pour aller encore plus loin

Cet article, s’il peut à première vue, faire sourire, aborde de nombreux thèmes importants au sujet des relations humaines et de la communication notamment. Il touche également à :

  • l’intimité
  • l’éducation
  • l’enfance, l’adolescence
  • la parentalité
  • l’honnêteté et le courage d’être soi
  • l’intuition
  • le langage non verbal
  • la confiance en soi
  • l’estime de soi
  • la sexualité
  • l’adolescence
  • la contraception
  • libre arbitre
  • relation père fille
  • les peurs…

Je fais le choix ici, de parler plus particulièrement de l’intuition et de la confiance en soi, car dans mon roman, Emma, l’héroïne a l’intuition depuis son enfance, que quelque chose n’est pas clair dans sa famille, et dans le comportement de ses parents. Elle va douter d’elle, se croire différente et elle se sentira souvent perdue et rongée par la culpabilité. On va lui dire qu’elle est folle, mauvaise, ou vicieuse de vouloir chercher à comprendre la voix ou la voie de son intuition. Elle prendra le risque d’être rejetée en faisant le choix de se connaître véritablement et tenter de s’accepter comme elle est, de prendre confiance en elle, pour espérer in fine, parvenir à s’estimer et à s’aimer, dans un environnement plutôt hostile.

Je m’appuie sur la citation suivante de Claude LELOUCH, dont j’apprécie l’univers, pour illustrer cet article :

N’écoutez- pas les critiques, prenez des risques !

Nicolas, collègue blogueur, cite également cet illustre cinéaste sur son blog de développement personnel « Développer sa confiance en comprenant son cerveau« , parmi de nombreuses autres citations dans sa rubrique « le coin des citations motivantes, percutantes et inspirantes ».

Mais je n’en dis pas +, découvrez son article : « le coin des citations« .

Dans son article « 7 clés pour commencer à développer son intuition« , Nicolas évoque notamment la nécessité de prendre conscience de nos pensées et des signaux que notre corps nous envoie.

Dans cet extrait de mon roman, Emma, qui est + surprise qu’apeurée au départ, par l’entretien proposé par son père, en arrive à ressentir des signes corporels désagréables : « Emma sentit son pouls s’accélérer, une chaleur lui monter au visage et dans les mains, et des picotements désagréables lui chatouiller le cou et les aisselles. Son sourire se crispa et ses abdos et ses fesses se contractèrent machinalement avant qu’elle ne puisse répondre ». Elle finit par sentir et comprendre que « la discussion allait tourner vinaigre ».

Dans l’article, vous découvrirez ou vous rappelez :

  • C’est quoi l’intuition ?
  • Les avantages de développer l’intuition
  • Les 7 clés pour développer son intuition
  1. Développer l’acuité sensorielle : clé 1
  2. Revenir à l’instant présent : clé 2
  3. Observer son énergie : clé 3
  4. 3 minutes de mouvement : clé 4
  5. Lâcher prise : clé 5
  6. Ressentir de la gratitude : clé 6
  7. S’entraîner : clé 7
  • Faut-il suivre son intuition ?
  • L’intuition est-elle spirituelle ?
  • Conclusion, intuitif ou rationnel ?

Pour faire un petit clin d’oeil au 2ème principe d’Olivier ROLAND, entrepreneur et conférencier international, qui dit qu’il existe des méthodes bien plus efficaces que d’autres dans de nombreux domaines, au début de son livre phénomène « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études », vous prendrez conscience que les méthodes sur lesquelles je vous oriente à travers les articles de Nicolas, sont + efficaces que d’autres pour parvenir à dépasser les peurs, oser réaliser nos rêves et vivre la vie dont vous avez toujours rêvée, qui sont le thème de mon blog 🙂

 » Cliquez ici pour savoir « Comment s’épanouir et aller vers le bonheur ? »

Vous y trouverez :

  • Qu’est-ce que la joie véritable ?
  • S’autoriser à être pleinement soi
  1. Comment s’autoriser à être pleinement soi ?
  2. Apprends à te connaître au-delà de ce que tu penses être
  • S’accueillir dans sa différence et oser sa pleine expression
  1. Comment s’accueillir dans sa différence ?
  2. Oser suivre son coeur, ses intuitions
  3. Honorer nos valeurs, nos envies et nos besoins sans les juger
  4. Le but de la vie
  • Un processus cyclique

Pour continuer avec toujours + de conseils et de valeur, vous pouvez également lire « Comment notre Body langage (ou langage non verbal), trahit qui nous sommes« .

Vous y trouverez :

  • Nous sommes tout le temps jugés sur nos apparences
  1. Et si le langage du corps trouvait son fondement dans la théorie de DARWIN ?
  2. Dans notre vie de tous les jours, nous jugeons sur des apparences
  3. Le langage du corps dans le monde du travail
  • Les expressions corporelles révèlent notre personnalité et en disent long sur nous
  1. Votre corps révèle votre personnalité via votre posture
  2. Comment l’utiliser au mieux ?
  3. La morphopsychologie s’intéresse à la façon dont votre corps révèle votre personnalité
  4. Votre profil MBTI : une nouvelle preuve que votre corps parle pour vous
  • Le cas personnel de Nicolas : le langage du corps révèle sa personnalité
  1. Sa découverte du MBTI et de son « type » ESFJ
  2. Son portait selon la morphopsychologie

Et pour finir avec toujours + de conseils et de valeur, c’est une des vidéos de Romain, blogueur et formateur, spécialisé dans l’un des piliers du Développement Personnel, la communication, et précisément la communication non verbale, que je vous invite à découvrir : « lien entre le mensonge et la communication non verbale« .

Vous retrouverez les nombreux et précieux articles et vidéos de Romain sur son blog
« Décodeur du non verbal« .



Je tiens à remercier particulièrement :

Olivier ROLAND pour son livre pépite « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études »,
Nicolas, pour les conseils pertinents et précis livrés sur son blog « Développer sa confiance en comprenant son cerveau »,
et Romain pour tous les articles et vidéos riches et instructifs qu’il présente sur son blog « Décodeur du non verbal ».


Merci Messieurs d’oser faire appel au Développement Personnel pour nous aider à accéder au meilleur de nous-même et vivre la vie qui nous inspire vraiment 🙂





Cliquez ici pour commander
le premier tome de mon roman !

roman les cadeaux mal emballés
Béatrice Sebag Auteur
À BIENTÔT !


9ème extrait de mon roman

Découvrez le 9ème extrait de mon roman

« Les cadeaux mal emballés »

Béatrice SEBAG – Auteur

Inauguration de l’Atlantide

9ème Extrait de mon Roman
en vente sur Amazon

Ce 9ème extrait, de mon livre est une dédicace spéciale à tous mes amis Bretons, de Vannes, qui comme moi et avec moi, ont fréquenté la fameuse discothèque l’Atlantide. Il s’agit ici du jour de l’inauguration.

La gaité rend les fardeaux légers – ÉPICURE

Vous avez déjà pu lire et écouter les 8 premiers extraits de mon roman.

Pour mémoire, vous pouvez les retrouver grâce aux liens ci-après :

1er extrait du roman de Béatrice SEBAG

2ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

3ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

4ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

5ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

6ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

7ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

8ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

9ème extrait de mon roman par Béatrice SEBAG

Cliquez sur la vidéo ci-après pour écouter l’audio du 9ème extrait :

Entre la maison et l’épicerie, il y a des petites parcelles de bonheur…
Un oiseau, un jardin, le bonjour d’un ami, un sourire d’enfant, un chat se prélassant au soleil en quête de caresse.
Remarquez-les ou ignorez-les. Le choix vous appartient toujours ! Annelou DUPUIS

Roman « Les cadeaux mal emballés »

Béatrice SEBAG Auteur

Inauguration de l’Atlantide

9ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG AUTEUR

Le soir de l’inauguration de l’Atlantide, Emma accomplit son rituel nocturne pour s’échapper et rejoindre la petite équipe au Yankee. Pierrick l’embarqua comme prévu avec Arold pour se rendre à la soirée. Installé à l’arrière de la SIMCA 1000, le petit couple, plus amoureux que jamais, se bécotait sur la banquette arrière. 

La bande se retrouva sur le parking devant la boite. Pierrick et Bruno connaissant les videurs, ils franchirent tous l’étape du contrôle d’identité sans encombre. Chaque mineur d’au moins 16 ans était accompagné d’une personne majeure. 

Dans l’établissement, c’était grandiose ! 

La mère P. (jouissant d’une grande renommée sur VANNES, elle était couramment appelée comme ça) avait mis les moyens. 

9ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur

Chacun fit le tour des trois salles et les garçons rejoignirent au bar de la salle principale, Davy, sa copine et son frère Ricky ainsi que Beau Gosse, les frères Mt, Martial et une grande majorité de leur fréquentation habituelle. 

Les lumières s’affaiblirent. Arold tira Emma par la main pour l’emmener à l’étage. Ils s’installèrent au balcon qui surplombait l’immense salle principale, face à la projection. Un écran géant s’alluma sur le clip « Thriller » de Mickaël JACKSON. 

Comme la chanson commence pareil à un film romantique, Emma et Arold se croyaient dans un cinéma aux States et pouvaient facilement s’identifier. Pas un bruit dans l’assistance. Ébahis, les clients ne décrochaient pas les yeux de la vidéo. 

Lorsque dans le clip, la copine de Mickaël hurla devant sa transformation en loup-garou, il y eut également des éclats de voix de femmes dans la salle. 

9ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur

C’était bluffant ! Les hurlements du loup retentissaient dans les immenses enceintes, sur un fond de musique de film d’horreur. Les clients crièrent lorsque le loup atterrit devant la fille. 

9ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Un grand sourire aux lèvres, Arold se colla derrière Emma et l’entoura de ses bras. 

Puis la célèbre musique retentit à plein tube ! C’était une tuerie ! Du jamais vu effectivement. Le son était excellent. Le brouhaha de l’assistance reprit son cours et les clients se mirent à danser. 

9ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur

Dans un coin de la salle, la mère P. savourait au champagne avec sa fille et ses proches, le succès triomphal de sa première. 

Les videurs et barmen qui s’étaient également arrêtés pour regarder la vidéo reprirent le travail. Il y avait une longue file d’attente à l’entrée de l’établissement et la queue au bar, les serveurs s’affairaient. 

9ème extrait de mon roman -Béatrice Sebag Auteur

Cette soirée d’ouverture fut inoubliable et l’Atlantide devint le nouveau QG d’Emma.

9ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur

« En allant vers les autres, tu te découvres toi même. Tu deviens vulnérable, sans protection. C’est alors que le cœur se met à briller. « 

Jean-Paul BOURRE 

Pour aller plus loin

Ce 9ème extrait, très léger, de mon roman est un clin d’oeil à l’adolescence d’Emma avec son premier amour Arold.
C’est aussi un petit hommage à mes amis Vannetais qui se reconnaîtront 🙂


Il fait partie du chapitre 9 qui retrace la jeunesse d’Emma avant qu’elle ne rencontre Romain. Avant lui, c’était une ado ordinaire avec des distractions de son âge. Ce premier amour romantique avec Arold, est une relation qui va l’aider dans sa vie. Effectivement, avant de rencontrer Romain, Emma aura la chance de connaitre une belle 1ère histoire, et en a gardé des souvenirs positifs.


Mais pour en savoir plus, cliquez ici pour commander le 1er Tome de mon roman 🙂

Pour aller encore plus loin

Pour compléter cet article je partage ci-après le podcast de mon collègue blogueur et coach, Nicolas ROCHÉ, intitulé « Tu te racontes des histoires (de couple) !  » publié sur son blog « Graine de coeur« .

Il évoque, dans un langage accessible à tous, l’importance, dans la mesure du possible, de nourrir, c’est à dire de « se raconter » de belles histoires et garder de beaux souvenirs de nos relations de couple. Effectivement, le regard que l’on porte sur notre vécu orientera inévitablement l’issue de nos relations, beaucoup + que les relations ou les épreuves en elles-mêmes.

Je vous livre également l’ article « 5 clés pour apprendre à cultiver l’amour«  de Nicola ROCHÉ.

Pour finir avec toujours + de conseils et de valeur, vous pouvez également lire son article « le lâcher prise en couple, pourquoi et comment l’utiliser ? ».





À bientôt pour le prochain extrait !

Béatrice Sebag Auteur
Béatrice SEBAG – Auteur


8ème Extrait de mon roman

Découvrez le 8ème extrait de mon roman
« Les cadeaux mal emballés »

Béatrice SEBAG – Auteur

Randonnée à Mafate

8ème Extrait de mon Roman

Voyager vous laisse d’abord sans voix, avant de vous transformer en conteur – Ibn BATTUTA

Vous avez déjà pu lire et écouter les 7 premiers extraits de mon roman.

Pour mémoire, vous pouvez les retrouver grâce aux liens ci-après :

1er extrait du roman de Béatrice SEBAG

2ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

3ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

4ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

5ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

6ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

7ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

8ème extrait de mon roman – Auteur Béatrice SEBAG

Cliquez sur la vidéo ci-après pour écouter l’audio du 8ème extrait de mon roman « Les cadeaux mal emballés » :

Une destination n’est jamais un lieu, mais une nouvelle façon de voir les choses – Henry MILLER

Roman « Les cadeaux mal emballés »

8ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur
Béatrice SEBAG Auteur à la Réunion en randonnée

Le dimanche, les Bretons préparèrent leurs sacs pour Mafate. À midi, ils finirent les restes de la veille. Lenny rentra dans la journée comme s’il ne s’était rien passé et ramena même du zamal. 

Ils partirent vers 6 heures le lundi, en prenant le chemin Niobe. Aldo ne voulut pas les accompagner cette fois-ci. 

Emma était incapable de dire par où ils cheminèrent, car ils suivirent aveuglément le guide. Lenny avait prévu plusieurs étapes. Les trois premières haltes pour la nuit se passèrent sans encombre. En revanche, le mercredi, Romain et lui s’embrouillèrent.

8ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur

Le plan d’Emma fonctionnait. Elle avait redonné le pouvoir à Lenny pour quelques jours et il se sentait fier et satisfait de la voir se résigner. Ça mit Romain en boule et il décida de suivre un autre chemin seul. Lenny tenta de l’en dissuader, mais il continua sa route sans même se retourner. 

Le mercredi soir, Emma se pausa au gîte de l’ilet à Bourse avec Lenny et Doudou qui avait, comme elle, continué à suivre le guide. Cette nuit-là, elle se rapprocha de lui pour la première fois et il se confia à elle. Contre toute attente, elle découvrit un gentil garçon, sensible et bienveillant. Sans Romain, il se montrait sous un autre jour.

Le jeudi, ils continuèrent à marcher sans relâche au cœur de la nature luxuriante et des paysages à couper le souffle. Lenny leur faisait découvrir des points de vue vertigineux et ils en prenaient plein les yeux. Dans ce volcan délabré, ils découvrirent un monde à part, au cœur des dangereux remparts abrupts. Sans expert pour les guider, le cirque s’avérait quasi inaccessible pour la majorité des amateurs. 

8ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur

Lenny leur raconta des histoires ancestrales effrayantes afin d’asseoir son ascendance sur les Bretons. Emma feignait de l’admirer et Doudou buvait ses paroles. Le Réunionnais paraissait prendre un véritable plaisir à se croire indispensable. Il avait repris le pouvoir et se sentait tout puissant. 

Très tôt le vendredi, il les fit grimper jusqu’à l’ilet à Malheur qui offrait une vue incomparable sur Le Grand Bénard, Le Maïdo, Le gros Morne et sur Mafate. 

8ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur

Le soir, ils n’avaient toujours pas de nouvelles de Romain et Doudou commençait à s’inquiéter pour son ami. 

Ils passèrent la nuit au camping de Bonne terre. Puis ils redescendirent sur sentier Scout pour atteindre La Plaque. Ils marchèrent jusqu’à Deux bras pour passer la nuit au camping des Bambous. 

Le samedi matin, ils quittaient le camping et allaient reprendre la route, lorsqu’ils aperçurent Romain. Sans le savoir, ils avaient tous passé la nuit au même endroit. Il embrassa rapidement Emma et se mit à expliquer qu’il s’était fait agresser.

8ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Ce n’est que dans l’aventure que certaines personnes réussissent à se connaître, à se retrouver.

André GIDE

Pour aller plus loin

Ce 8ème extrait de mon roman raconte un passage du séjour d’Emma à la Réunion avec Romain. Il fait partie du dernier chapitre. Lors de ce voyage, rien ne va se passer comme elle l’avait prévu. Elle va devoir ruser pour éviter les pires ennuis.


Pour en savoir plus, cliquez ici pour commander votre exemplaire du 1er tome de mon roman 🙂

roman les cadeaux mal emballés

Pour aller encore plus loin

Pour compléter cet article qui évoque le voyage et particulièrement l’expédition au Cirque de MAFATE sur l’ile de la RÉUNION, je vous invite à découvrir ou redécouvrir 3 articles suivants de mon collègue blogueur, Nicolas ROZALSKI, publiés sur son site « Apprenti randonneur » .

Randonnée au cirque de Mafate partie 1

Randonnée au cirque de Mafate partie 2

Randonnée au cirque de Mafate partie 3




Béatrice SEBAG, Auteur

Pour répondre à une question que l’on m’a posée, c’est de cette manière tout à fait personnelle, que j’aborderai et lierai les deux passions qui m’animent à ce jour et s’avèrent être les motivations de la création de mon site internet : l’écriture et le développement personnel. Cela me permet « d’une pierre deux coups » de faire découvrir ma plume au public et les guider, voire les orienter dans leur quotidien à travers un récit authentique et initiatique tout en proposant des solutions.


À bientôt pour le prochain extrait !

Béatrice SEBAG - Auteur
Béatrice SEBAG – Auteur


7ème Extrait de mon roman

Découvrez le 7ème extrait de mon roman
« Les cadeaux mal emballés »

Auteur – Béatrice SEBAG

7ème Extrait de mon Roman

Il y a la sexualité des gens qui s’aiment et la sexualité des gens qui ne s’aiment pas – Michel HOUELLEBECQ

Vous avez déjà pu lire et écouter les 6 premiers extraits de mon roman.

Pour mémoire, vous pouvez les retrouver grâce aux liens ci-après :

1er extrait du roman de Béatrice SEBAG

2ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

3ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

4ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

5ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

6ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

7ème extrait de mon roman – Auteur Béatrice SEBAG

Cliquez sur la vidéo ci-après pour écouter l’audio du 7ème extrait de mon roman « Les cadeaux mal emballés » :

La sexualité en tant qu’expression de l’amour est au coeur de tous les drames et de toutes les grandeurs qui nous dévastent – Gilbert CHOQUETTE

Roman « Les cadeaux mal emballés »

7ème extrait de mon roman

Un dimanche après-midi, Jean-Marc avait invité la petite équipe chez sa mère, absente, pour regarder le tournoi de Roland-Garros et partager une tarte au citron meringuée qu’il avait préparée (il détenait un CAP de pâtissier). Un ami de Romain, Gwen, était là avec sa copine Natacha. Libertins, ils étaient branchés sexe, porno, et s’en vantaient.

7ème extrait de mon roman - Béatrice Sebag Auteur

Petit, châtain clair, il ressemblait un peu à Florent PAGNY. Emma fut très surprise de découvrir sa compagne. Elle habitait au 5e étage de la tour infernale qu’elle avait récemment quittée. Elles se croisaient parfois dans l’ascenseur, mais n’avaient jamais échangé un mot si ce n’est « Bonjour, Au revoir ». 

Petite également et menue, elle semblait cacher son visage derrière des lunettes de vue et ses cheveux mi-longs châtains clairs, en bataille, qui lui mangeaient le visage. Elle n’avait rien d’une bombe sexuelle et Emma l’aurait plutôt imaginée rentrer dans les ordres qu’addicte au sexe. Le couple de ses parents, qu’Emma avait eu l’occasion de croiser également dans l’ancien immeuble, se présentait a priori comme celui d’Eugène et Liliane : père froid et rigide, mère pratiquante et effacée. Gwen montrait avec fierté, à qui voulait voir, les photos de leurs ébats et ça n’avait rien de glamour et sexy. C’était plutôt du porno amateur de mauvais goût. Il regardait Emma comme une pâtisserie qu’il voulait dévorer. Natacha ne disait pas grand-chose, elle se contenait d’acquiescer les propos de son mec. Romain riait des conneries que Gwen débitait, il le faisait marrer. Les autres regardaient le tennis en dégustant la tarte. 

Gwen et Natacha commencèrent à se tripoter. Romain entraîna Emma dans une des chambres. Sa permission se terminait, il prenait le train le soir même pour 3 semaines. Il voulait coucher avec elle. 

  • Tu veux faire l’amour ? 
  • Oui, j’aimerais bien Bébé, je m’en vais ce soir. 
  • OK ! T’as une capote ? 
  • Oui, mais c’est pas cool avec une capote. T’inquiète pas, je vais faire attention. 
7ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur
7ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur

Bien qu’il se montrât très doux, Emma ne ressentit pas l’excitation qu’elle avait connue avec Arold. C’était son deuxième amant et elle ne pouvait s’empêcher de comparer. 

Puis, Romain lui proposa de prendre un bain ensemble. Elle accepta. Il quitta la chambre pour faire couler l’eau. Emma le retrouva dans la baignoire. La proposition qu’il lui fit ensuite, en la savonnant, la laissa bouche bée. 

  • Gwen te trouve trop belle, tu sais. Ça te dérange si il nous rejoint ? Tu ne vas pas être déçue, tu sais, il est mieux monté que moi. Lui, dit-il en souriant.
7ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Même si elle avait de la répartie, Emma ne sut qu’en penser et encore moins quoi répondre. Souhaitant paraître cool et libre, un petit « oui » sortit de sa bouche.

  • Tu es cool Bébé ! Je l’appelle. 

Gwen ne devait pas être bien loin. Il devait même écouter à la porte, car il débarqua dans la salle de bain en caleçon et en moins de 10 secondes, se glissa dans le bain. Son sexe qui commençait à bander était effectivement gros au regard de son petit gabarit. Mais ça n’impressionna ni n’excita Emma. Romain souriait et elle se mit à douter sérieusement de ses intentions. La colère l’envahit, mais elle la refoula, car elle voulait voir jusqu’où il irait. Elle n’avait pas peur. Elle avait l’habitude d’être un objet, un doudou ou un faire-valoir. Mais elle voulait découvrir à qui elle avait affaire.

7ème extrait de mon roman - Béatrice Sebag Auteur
  • Mets-toi au milieu, entre nous. Proposa Gwen.

Elle ne dit rien et passa au-dessus de lui. Elle sentit son sexe dans son dos et il se colla contre elle. Romain qui était en face d’elle l’embrassa. Gwen commença à lui caresser les seins. Puis, contre toute attente, Romain décréta qu’ils étaient serrés dans la baignoire et qu’il s’en allait. Gwen ne fut pas surpris. Emma attendit que Romain soit parti. Puis elle lança à Gwen :

  • C’est quoi ce plan ? 

7ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur

Ne pas parler de sexualité c’est…ne pas parler de soi

Michel CONTE

Pour aller plus loin

Dans mon roman, ce 7ème extrait est tiré de la troisième partie intitulée « une fille ordinaire ». Il raconte le 1er rapport sexuel d’Emma avec Romain ainsi que le contexte dans lequel il s’est déroulé. Heureusement pour elle, il ne s’agit pas de son premier rapport, car Romain n’est pas son premier amour.

Pour vous donner quelques indices, à cette période, elle est mineure et tous les autres personnages sont de jeunes adultes. Naïve, elle s’attend à une expérience romantique ou pour le moins « classique » et se retrouve l’objet, voire la véritable proie, d’une machination.


Pour en savoir plus, cliquez ici pour commander votre exemplaire 🙂

roman les cadeaux mal emballés

Pour aller encore plus loin

Ayant à coeur de compléter les extraits de mon livre en vous donnant toujours plus de valeur et en vous apportant surtout des solutions, je vous invite à découvrir la vidéo suivante de Myriam BIDAU qui, en tant que coach, accompagne des hommes et des femmes s’agissant de leur sexualité.
Elle nous présente 8 erreurs fatales à éviter pour préserver notre sexualité et éviter de gros dégâts dans nos relations de couple.



La vidéo suivante, d’Alexandre CORMONT , nous présente 5 piliers fréquents de manipulation utilisés bien souvent par les hommes (je rajouterais : même si les hommes ne sont pas les seuls à user de manipulation évidemment). Que l’on apprécie ou pas son personnage, Alexandre nous livre des conseils simples et efficaces.

Il parle notamment de confusion. Effectivement, au sein de sa famille et pour des raisons qu’elle ignore, Emma à toujours vécu dans la confusion. Même si son intuition lui souffle que ce n’est pas sain, voire pas « normal », elle y est pour ainsi dire habituée. Elle tombera bien malgré elle sur des hommes qui utiliseront consciemment ou pas, ce même comportement avec elle. Comme avec ses parents, elle tombe inévitablement dans le piège de vouloir comprendre, s’installe dans des rapports de force et se met en danger.
Utiliser la confusion est un principe de manipulation ! Comme l’explique très simplement Alexandre, Romain lui vendra du rêve à chaque fois qu’elle doutera et il passera rarement à l’action. De la même manière, il la fera passer pour une femme unique voire exceptionnelle alors qu’il n’a jamais vraiment chercher à savoir qui elle est vraiment et ce dont elle a besoin.
Il justifie ses sentiments par sa fougue. Une fois encore, ce comportement se révèle être un véritable piège dans lequel Emma s’enfermera, malheureusement, pendant de nombreuses années. Malgré son fort tempérament, Emma lui donne les pleins pouvoirs et elle perd le contrôle de sa vie.
Emma s’était déjà posé cette question au sein de sa famille et à nouveau elle se demande « ce qui ne va pas chez elle », pour vivre de telles relations. La culpabilité la hante.
Elle a l’habitude de donner alors qu’elle a besoin de recevoir.



Je terminerai l’illustration du 7ème extrait de mon roman, avec une interview de Fabrice MIDAL, que je suis sur Instagram. Il interroge cette-fois Margot FRIED FILLIOZAT, Auteur du livre « l’intelligence intime ».
Elle nous parle du piège sociétal de la « performance » versus « nos besoins » et nous offre des pistes pour retrouver une sexualité épanouissante et riche.
Elle insiste sur le fait qu’un « blocage » est un processus de protection et non une problématique et elle évoque les « supers pouvoirs » de nos corps pour atteindre le plaisir.
Inventer notre sexualité en s’écoutant, est essentiel pour réussir à sortir des diktats de la norme qui nous enferment dans des modèles. Elle nous invite à OSER RÊVER PLUS GRAND également concernant notre vie sexuelle, en nous reconnectant à nos propres désirs.
Myriam aborde aussi la tendance actuelle des sextoys.

7ème extrait de mon roman -Béatrice Sebag Auteur


Elle nous révèle l’importance des mots et l’aspect réducteur du concept des « 5 cinq sens » humains qui se limiteraient à faire dépendre le plaisir de l’extérieur alors qu’il naît à l’intérieur de nous.
Comme pour la démarche du Développement personnel, nous sommes plus que jamais invités à revisiter nos croyances pour savoir d’où elles proviennent et si elles nous conviennent toujours ou sont devenues limitantes. Prendre conscience, plus que jamais, de l’importance de la communication afin d’être en phase avec nos désirs de vie, nos désirs d’en-vie s’avère incontournable.

7ème extrait mon roman - Béatrice SEBAG


Honorer notre ‘intimité » en toute authenticité, nous aidera à progresser dans tous les domaines de notre vie, bien au-delà du sujet évoqué de la sexualité.
En outre, on se rend compte une fois de plus, que guérir nos blessures émotionnelles et transformer nos croyances limitantes, participe également à accéder à une sexualité épanouie.
Curieusement, vous découvrirez pourquoi les préliminaires ne sont pas forcément une bonne chose dans la mesure ou ils sont catégorisés, hiérarchisés.
Nous devrions pouvoir nous sentir libre de déconstruire nos anciens schémas de sexualité archaïques, qui nous poussent inlassablement à imaginer toujours plus de nouveaux scénarios pour réussir à atteindre le plaisir et l’orgasme.

7ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Le sujet du porno est évidemment abordé. Margot nous invite à :

  • Dépasser les peurs qui nous empêchent d’aller véritablement à la rencontre de l’autre ;
  • Avoir conscience que le porno est truqué, que c’est du fake et que ça n’a rien à voir avec la réalité ; le porno n’est pas organisé autour du plaisir des acteurs !
  • Écouter les témoignages de la véritable vie sexuelle des actrices du hard, car ils sont révélateurs ;
  • Prendre conscience que la finalité du porno n’est pas d’éduquer, mais d’exciter un public pour vendre ! Plus on s’habitue à un stimuli externe, plutôt qu’à une connexion à nos sensations, plus on devient dépendant.
7ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur

Pour finir en beauté, et j’avoue que ce n’est pas pour me déplaire, nous apprenons que la méditation, qui nous apprend à diriger notre attention sur nos ressentis, sur notre corps, sur notre présence à nous-même, à l’instant présent, nous aide à accueillir et apprivoiser le plaisir sans chercher à tout prix à lui courir après.
Découvrez sa vidéo pour en savoir +

7ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG Auteur

Béatrice SEBAG, Auteur

Pour répondre à une question que l’on m’a posée, c’est de cette manière tout à fait personnelle, que j’aborderai et lierai les deux passions qui m’animent à ce jour et s’avèrent être les motivations de la création de mon site internet : l’écriture et le développement personnel. Cela me permet « d’une pierre deux coups » de faire découvrir ma plume au public et les guider, voire les orienter dans leur quotidien à travers un récit authentique et initiatique tout en proposant des solutions.


À bientôt pour le prochain extrait !

Béatrice SEBAG - Auteur
Béatrice SEBAG – Auteur


6ème extrait de mon roman – Béatrice SEBAG

6ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

Découvrez le 6ème extrait de mon roman « Les cadeaux mal emballés » : qui sont mes grands-parents ?

6ème Extrait de mon Roman

L’hérédité est comme une diligence dans laquelle tous nos ancêtres voyageraient. De temps en temps, l’un d’eux met la tête à la portière et vient nous causer toutes sortes d’ennuis – Oliver WENDELL HOLMES

Vous avez déjà pu lire et écouter les cinq premiers extraits de mon roman.

Pour mémoire, vous pouvez les retrouver grâce aux liens ci-après :

1er extrait de mon roman Béatrice SEBAG

2ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

3ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

4ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

5ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

6ème extrait de mon roman – Auteur Béatrice SEBAG

Cliquez sur la vidéo ci-après pour écouter l’audio du 6ème extrait de mon roman « Les cadeaux mal emballés » :

L’homme qui n’a rien à se glorifier sauf ses illustres ancêtres, est semblable à la pomme de terre : la seule qualité qu’il possède se trouve sous terre – Thomas OVERBURY

Roman « Les cadeaux mal emballés »

6ème extrait de mon roman B.SEBAG

6ème extrait

Qui sont mes grands-parents ?

« …Au sein du couple parental, Liliane était l’ainée. Son acte de naissance indiquait :

« Province de Tamatave – District de Brickaville : le 1er janvier 1935, à dix-sept heures, est née à Maroloha, canton de Ranomafana, Liliane G. ».

D’autre part, sur ses mémoires, Eugène avait écrit : 

« …Liliane a perdu sa mère à cinq ans, en 1940, à Tanamakoa, derrière Villa Colmar, où je vivais alors avec ma mère et ma grand-mère ». 

6ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

 Emma avait lu et relu les pages de ce manuscrit. Et là, une fois encore, elle ne comprenait pas. Ses parents lui avaient toujours dit que les deux familles ne se connaissaient pas et que c’était probablement la raison de leur mésentente…

Les notes de son père indiquaient ensuite :

« …Trois ans après, le père de Liliane se remaria et, avec sa belle-mère Tim, Liliane cohabita à la rue Reine Betty (qui débouchait devant la Maison Gerbaud, marchand de vin), avec la famille FRÉGENCE. Leur fille ainée Lise, avec qui elle fit sa communion solennelle, devint sa grande amie. Dans la même rue et sur le même alignement, la famille NICOL (Julianne et ses enfants, Yolande, Loulou et Christian), partageait « Le château Tremblant » avec le vétérinaire RATSIMANDRESSY.

6ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

Puis Liliane emménagea rue Sylvain ROUX, sans son père, avec Tim, Suzie et la famille PIGNOLET qui partageait la maison.

Sur son acte de naissance, Eugène avait appris, vers l’adolescence, qu’il était né à Tamatave, le 1er janvier (comme Liliane), de l’année 1937 à trois heures trente. Deux jours après, il fut déclaré, fils de Marlow Emeline, sans profession (domiciliée à Tamatave,  en octobre 1910 à Tananarive), par Luc Antoine CRISTIANI, Capitaine d’Administration du service de santé des Troupes Coloniales, Chevalier de la Légion d’Honneur, âgé de quarante-sept ans, en Mairie de Tamatave en présence de Paul PONVIENNE, Administrateur-Maire de TAMATAVE, Croix de guerre, remplissant les fonctions de l’Etat Civil.

Une mention en marge du document indiquait : « Reconnu le 14 février 1942 à Tamatave, par Marlow Emeline, l’Officier de l’Etat Civil. Signé : illisible ».

Aucune information du géniteur sur les documents officiels.  Sa naissance déclarée deux jours après, par un employé de la mairie, sa mère aurait attendu cinq ans pour le reconnaître. Pourquoi ?…Qu’attendait-elle ? Ou peut-être qui attendait-elle ?…

D’après les dires d’Eugène, sa mère ne lui aurait jamais expliqué.  Il serait donc né de père inconnu et sa mère serait morte sans jamais lui révéler ce secret capital. 

Il se considérait « batard », c’est ainsi que ses camarades à l’école l’appelaient au cours de son enfance. Il avait toujours confié à ses enfants que c’était sa plus grande souffrance, telle une blessure béante à vif, jamais refermée.

6ème extrait de mon roman B. SEBAG

Il se disait le premier de sa lignée à travailler pour vivre. Il aurait ainsi commencé à travailler à l’âge de quatorze ans,  afin de payer les dettes de sa mère ruinée. Il avait en outre toujours dit, ne pas s’entendre avec son demi-frère Dédé qui ne lui était d’aucun soutien.

Les quelques confidences que son père lui avait faites sur sa grand-mère, hormis sa passion pour l’occultisme, se réduisaient au fait qu’elle cuisinait bien, lui avait permis de bénéficier des meilleurs établissements scolaires ; et aussi, qu’elle se déplaçait à vélo pour aller récolter, les fins de mois venues, les loyers aux locataires (chinois pour la plupart),  des dernières villas qu’il lui restait ; et pour finir, qu’elle aimait entretenir avec soin  son magnifique jardin.

A priori leur relation était compliquée. Eugène décrivait Marlow comme un mère très possessive à son  égard, autoritaire et cherchant inlassablement à régenter sa vie. Les réels conflits seraient apparus avec Liliane, la mère d’Emma. C’était assez dur à entendre mais il assurait que Marlow ne voulait pas d’une nègre comme belle-fille. Pourtant Eliane avait la peau beaucoup plus claire que son père foncé, au type hindou, probablement issu d’une lignée d’indiens émigrés à la Réunion et Madagascar comme beaucoup de personnes sur ces deux Iles.

6ème extrait de mon roman B.SEBAG

Tant qu’on peut se parer de son propre mérite, on n’emprunte pas celui de ses ancêtres

Saint EVREMOND

Pour aller plus loin

Ce passage est extrait de la deuxième partie du roman qui évoque l’histoire des ascendants et des parents d’Emma. Même si elle est née en France, elle n’évolue pas dans une famille « traditionnelle française ». Le reste de sa famille est né en outre-mer, sur la Grande Ile. Tout ce qu’elle sait de ses grands-parents, qu’elle n’a jamais connus, c’ est ce que ses parents ont bien voulu lui dire. Son père et sa mère ont tous deux manqué d’un parent et sont plus marqués qu’ils le disent par ce qu’ils ont vécu comme un abandon. Consciemment ou pas, ils évoluent et éduquent leurs enfants, marqués par un réel problème identitaire, comme la majorité des personnes déracinées. Eugène a choisi de couper les ponts avec tout ce qui lui rappelle son passé. Liliane se trouve partagée entre l’attitude de son mari et celle de sa soeur Suzie qui à l’inverse, se raccroche et cultive ses origines. Comme dans toutes les familles, des non-dits compliquent les relations et Emma sent très jeune que certaines choses s’avèrent confuses, voire contradictoires. Elle profite certes des avantages de la double culture mais également de ses travers. Et surtout, elle ne comprend pas pourquoi ses parents la persuade qu’elle vivra mieux sans fréquenter ses grands-parents, sa tante et ses cousins. Arrivera t’elle à découvrir un jour, la raison de leur comportement ?

Le sujet de la honte, de la confusion, de l’intérêt de mieux se connaître pour vivre en conscience et aspirer au bien être que nous recherchons tous est abordé dans les commentaires et bonus du 4ème extrait de mon roman. Retrouvez ou découvrez l’article en début de page.

Pour aller encore plus loin

Ayant à coeur de compléter les extraits de mon livre en vous donnant toujours plus de valeur et en vous apportant surtout des solutions, je vous invite à découvrir les protocoles de l’écrivain et coach Natacha CALESTRÉMÉ, qui avant moi à décidé d’écrire et communiquer sur son cheminement, son parcours et ses difficultés, pour tenter d’aider le plus de monde possible à trouver des orientations, des pistes et des méthodes pour avancer dans la vie et accéder au bien-être au quotidien. Même si ce n’est pas un scoop et que certains auront du mal à l’entendre à nouveau, les difficultés et les blocages que nous rencontrons dans quelques domaines que ce soit de nos vies, sont en liens avec la petite enfance, notre enfance et avec nos parents et ascendants. En visionnant les vidéos ci-après, vous pourrez expérimenter directement quelques-un de ses protocoles de libération.

Découvrez trois de ses vidéos.

En finir avec les auto-blocages
Comment me libérer si je n’ai pas d’information sur ma famille ?

La 3ème vidéo me tient particulièrement à coeur, parce qu’elle nous parle d’écriture et de guérison. Je suis convaincue que les mots, s’ils peuvent blesser et créer des murs, peuvent à l’inverse, tout autant être des fenêtre ouvertes pour nous guérir. Ainsi, on peut aborder le développement personnel de façon plus ludiques et légères, en lisant des polars. Les polars guérisseurs de Natacha CALESTRÉMÉ, véhiculent subtilement des protocoles. Tout comme elle, j’essaye également à mon niveau et à travers ma plume, de transmettre des messages, des enseignements essentiels ainsi que des solutions pour tenter d’aider les autres à améliorer leurs relations, leur santé, voire qui sait, sauver des vie.


Béatrice SEBAG, Auteur

Pour répondre à une question que l’on m’a posée, c’est de cette manière tout à fait personnelle, que j’aborderai et lierai les deux passions qui m’animent à ce jour et s’avèrent être les motivations de la création de mon site internet : l’écriture et le développement personnel. Cela me permet « d’une pierre deux coups » de faire découvrir ma plume au public et les guider, voire les orienter dans leur quotidien à travers un récit authentique et initiatique tout en proposant des solutions.


« Les cadeaux mal emballés » est disponible sur Amazon !

Roman les cadeaux mal emballés

Cliquez ici pour commander

À bientôt pour le prochain extrait !

Béatrice SEBAG, Auteur
Béatrice SEBAG – Auteur


5ème Extrait de mon roman

Auteur Béatrice SEBAG

4è extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

5ème Extrait de mon Roman
« Les cadeaux mal emballés »

C’est dans le sens que le sujet donne à sa souffrance, qu’advient le chemin de la résilience – Nicolas SAJUS, Dr. en Psychologie et Psychopathologie

Vous avez déjà pu lire et écouter les quatre premiers extraits de mon roman.

Pour mémoire, vous pouvez les retrouver grâce aux liens ci-après :

1er extrait de mon roman Béatrice SEBAG

2ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

3ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

4ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

5ème extrait de mon roman – Auteur Béatrice SEBAG

Cliquez sur la vidéo ci-après pour écouter l’audio du 5ème extrait de mon roman en cours d’écriture :

La résilience c’est être l’architecte de la construction de son futur – Sandrine FILLASSIER, Auteure

Roman « Les cadeaux mal emballés »

Résilience

« …Ce jour là, quelque chose se brisa net dans le coeur d’Emma. L’éternelle question qui trottait dans sa tête depuis des années, hantait à présent ses pensées, la torturait : 

« pourquoi m’a t’elle mise au monde si c’est pour me faire vivre ça ?!!! Même lorsqu’elle déposait les armes pour lui crier son amour et la prier de rester en vie, Emma n’était toujours pas considérée et se faisait encore et toujours rejeter. 

extrait roman résilience B.SEBAG

Plusieurs semaines passèrent dans cette ambiance. Lorsqu’Eugène rentrait du travail à 17 heures, Liliane faisait comme si tout allait bien. Emma qui gardait ce secret pour elle, n’en pouvait plus de rentrer du collège, la peur au ventre,  en craignant de voir les pompiers ou le SAMU au pied de l’immeuble, emporter le corps de sa mère. Mais par compassion,  fidélité ou protection,  elle ne pouvait rien dire à Eugène, ni à personne d’autre. 

A  part un ou deux avertissements scolaires qu’Emma avait gagnés pendant l’absence d’Eugène, qui était parti en cure à Luchon au printemps, elle travaillait très bien et ses parents n’avaient rien à redire. De toute façon Liliane n’était ni en état, ni en position  de lui faire la guerre. 

Isabelle partait chaque été en Espagne dans la famille de son beau-frère et elle invita Emma à l’accompagner. Emma eu beau insister et vanter son excellente année scolaire auprès de ses parents, ils refusèrent. Isabelle et sa mère tentèrent également d’intercéder auprès des parents, mais en vain.

Emma l’avait vraiment mauvaise, car en cours d’année, Eugène et Liliane avaient également refusé qu’elle parte quinze jours en classe d’Anglais, invoquant le projet d’achat immobilier et lui rappelant les sacrifices nécessaires. Ce projet lui tenant vraiment à coeur, elle s’était alors résignée. La majorité des élèves partirent en Angleterre. Emma demeura au collège avec les rares élèves dans son cas, si bien que les cours et la discipline, furent allégés pendant cette période. Eugène était en cure sensiblement à la même période pour ses problèmes récurrents de sinus et Emma en profita pour se défouler au collège et prendre de l’ascendance à la maison. C’est ce qui lui valu les deux avertissements disciplinaires et quelques colles.

Puis, du jour au lendemain, Eugène informa Emma qu’il renonçait à devenir propriétaire. Elle n’en cru pas ses oreilles. Il justifia sa décision en précisant que l’acquisition d’une maison les aurait privé de toutes autres dépenses telles vacances, cadeaux ou argent de poche et que  le  premier imprévu aurait pu les plonger rapidement dans l’endettement. Puis il termina par l’argument final : il voulait pouvoir contribuer au financement des études secondaires de ses enfants. Il lui assura que la vie de chacun, quotidienne et future, serait bien plus confortable sans ce gros investissement. 

Emma désabusée, commença sérieusement à douter de la sincérité, de l’honnêteté, voire de la santé mentale de ses parent. Pourtant régulièrement c’étaient eux qui la traitaient de folle, de diabolique. Et c’étaient encore eux, qui lui conseillaient de faire preuve d’honnêteté dans la vie, particulièrement envers eux, et de toujours respecter ses engagements. 

Hélas, encore une fois, elle pouvait lui répondre,  trépigner, le supplier ou déprimer, qu’Eugène ne changerait pas d’avis. Elle gagnerait juste de se retrouver une fois de plus consignée dans sa chambre, jusqu’à nouvel ordre, avec la menace de se tenir à carreaux.

Heureusement, un évènement allait venir enchanter sa vie !

La liberté commence quand on fait place à la résilience !

Kimy RANO, voyageur
Pour aller plus loin

Au cours de ce passage de mon roman, Emma tente de donner le meilleur d’elle-même. Mais la vie ne lui fait pas de cadeaux et ses parents non plus. Elle à 12 ans 1/2 en ce premier semestre 1981 et elle est en classe de 5ème. Elle va de désillusion en désillusion, elle garde de lourds secrets et ne cesse de ravaler ses peurs, sa déception, sa colère.


Vous pouvez retrouver ce sujet des fidélités et contrats inconscients dans l’article « Blessures émotionnelles« .


Les sentiments de rejet, d’injustice, de trahison qu’elle ressens tour à tour, alimentent quotidiennement ses blessures, comme je l’aborde plus précisément, en proposant des solutions, dans l’article ci-dessus.

Sans en avoir vraiment conscience, Emma avance en faisant preuve d’une résilience salvatrice souvent portée par une petite voix, un discours intérieur intuitif et spontané. C’est ce qui la sauve jour après jour. Augmenter sa capacité de résilience, lui permet de conserver sa candeur, son coeur ouvert, et continuer à nourrir son besoin de légèreté. Elle apprend à reconnaitre ses propres valeurs, même les plus singulières et à les défendre contre vents et marées et respecter son identité du mieux qu’elle peut à cet âge.
Pas à pas, elle s’écoute de mieux en mieux. Développer ces aptitudes s’avèrera essentiel si elle veut pouvoir avancer et grandir dans ce contexte confus et malsain, sans tomber dans la folie.

La résilience est le sujet phare de mon roman « Les cadeaux mal emballés », c’est pourquoi j’ai rédigé mon tout 1er article sur ce thème « Qu’est-ce que la résilience« .

Je vous propose également pour rappel, un petit résumé de la résilience, clair et rapide, avec la vidéo de « Matteo de Mind Parachutes ».

Pour aller encore plus loin

Ayant à coeur de compléter les extraits de mon livre en vous donnant toujours plus de valeur et en vous apportant surtout des solutions, je vous invite à découvrir une méthode créée par mes collègues coachs et blogueurs, Bénédicte et Fabien, alias Clo Chette qu’ils ont nommée « Mon réservoir intérieur – devenir acteur de ce qu’il se passe ». Retrouvez cette méthode éducative bienveillante, que tous les parents, grands-parents ou figures d’autorité peuvent facilement utiliser. Destinée aux enfants, elle leur apprend, en abritant leurs état d’âme, à devenir acteur des situations et à ne plus subir ce qui se passe, afin d’ éviter les explosions émotionnelles ravageuses.
Car nous savons tous que ce genre de difficultés peut éprouver n’importe qui, parents comme enfants, au cours de l’existence et, pouvoir anticiper et trouver rapidement les meilleurs solutions, demeure essentiel.
Pour les citer et tenter d’éclaircir l’objectif de la solution qu’ils proposent, je vous livre un extrait de leur article :

« Prendre sa destination en main en conscience apporte la possibilité du choix. Celui de poursuivre dans cette même direction – malgré les contraintes – ou celui de choisir une autre voix – malgré les peurs. Ce choix est fait et non plus subi.

Ici, nous parlons du choix de se libérer ou non de ce qui nous est désagréable. De se laisser envahir ou non par notre émotion. De se mettre ou non en colère contre quelqu’un ou quelque chose. Et pour pouvoir prendre ces décisions, il est essentiel d’observer notre niveau de remplissage. Et lorsque le besoin s’en fait sentir, de pouvoir le vider avant de se laisser dominer par le trop plein« .

Découvrez sur leur Blog « L’Éveil des ÉMOTIONS« , la méthode simple et respectueuse, qu’ils proposent à travers leur article « mon réservoir intérieur – devenir acteur de ce qu’il se passe« .

Dans un autre style, mais tout autant inspirant et plein de valeur, je vous invite à lire l’article de Lily, allias Lily Flo Wer, sur Facebook, joliment intitulé : »Aimes-tu ton corps ? – Bord d’Aile« .

Et pour finir en beauté, je joins un super Bonus « ESSENTIEL », une PÉPITE de l’auteure Doreen VIRTUE, pour nous aider à nous affirmer dans nos vies, à travers n’importe quelle situation et avec qui que ce soit.
Ne vous arrêtez surtout pas au titre quelque peu ésotérique, « Anges terrestres, affirmez-vous » !!!
Cette vidéo nous explique TOUT ce que nous pouvons faire pour nous affirmer en étant aimant plutôt que « trop gentil » (clin d’oeil en passant à mon mentor préféré Thomas d’ANSEMBOURG et son livre « Cessez d’être gentils, soyez vrais », dont vous pouvez retrouver le lien sur la page Bliographie de ce Blog.

Regardez la vidéo. Attention, c’est copieux ! 🙂




Béatrice SEBAG, Auteur

Pour répondre à une question que l’on m’a posée, c’est de cette manière tout à fait personnelle, que j’aborderai et lierai les deux passions qui m’animent à ce jour et s’avèrent être les motivations de la création de mon site internet : l’écriture et le développement personnel. Cela me permet « d’une pierre deux coups » de faire découvrir ma plume au public et les guider, voire les orienter dans leur quotidien à travers un récit authentique et initiatique tout en proposant des solutions.

La résilience n’est pas un catalogue de qualités que posséderait un individu. C’est un processus qui, de la naissance à la mort, nous tricote sans cesse avec notre entourage – Boris CYRULNIK

Mon roman disponible sur Amazon

roman les cadeaux mal emballés
Sur Amazon 🙂

Cliquez ici pour commander votre exemplaire

Béatrice SEBAG - Auteur
À BIENTÔT !


4ème Extrait de mon roman – Auteur Béatrice SEBAG

4è extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

4ème Extrait de mon Roman « Les cadeaux mal emballés »

Il n’y a pas de honte à perdre ou à échouer. La honte, la seule qui puisse nous faire honte, est d’être inférieur à nous-mêmes
Alain AYACHE

Vous avez déjà pu lire et écouter les trois premiers extraits de mon roman. Pour mémoire, vous pouvez les retrouver grâce aux liens ci-après :

1er extrait du roman de Béatrice SEBAG

2ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

3ème extrait de mon roman Béatrice SEBAG

Cliquez sur la vidéo ci-dessous pour écouter le 4ème extrait !

4ème extrait de mon roman – Les cadeaux mal emballés

Humilité n’est honte que pour celui qui humilie
Edward ALBEE

Roman « Les cadeaux mal emballés »

LA HONTE

« …Emma adorait son frère et considérait son comportement comme une marque d’affection, mais là, elle avait honte. Qu’allait désormais penser d’elle Stéphane ? Qui plus est, même en l’absence de ses parents, elle ne pouvait toujours pas sortir comme elle souhaitait. 

Pendant ce temps, la famille de Virginie traversait tant bien que mal l’éprouvant deuil paternel. La maman, bienveillante,  incitaient ses enfants à poursuivre leur vie au mieux malgré le chagrin. Les grandes vacances approchaient. Souhaitant que sa fille s’amuse et pour éviter qu’elle ne tombe dans la déprime, la mère de Virginie organisait des petites « boums » chez elle avec les garçons et laissait Virginie libre de ses sorties dans la cité le soir après-dîner.

4ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

C’était loin d’être le cas pour Emma dont les parents, bien vivants eux, lui interdisaient de quitter la chambre après dix-neuf heures pétantes et refusaient de recevoir les copains à la maison. Alors bien souvent, consignée et impuissante, elle regardait, en se lamentant du haut de sa tour d’ivoire,  la petite bande de jeunes, traîner en bas des immeubles et s’amuser,  témoin de la liberté des autres enfants de son âge, qui s’exprimait sous ses yeux. Elle conservera toute sa vie, comme un poison qui la ronge et la dévore, ce sentiment d’injustice et d’enfermement. Tel un chien en cage, elle fulminait derrière sa fenêtre, elle se sentait devenir dingue et ne pouvait même pas hurler sans craindre de se prendre une raclée.

Et ce qu’elle craignait ne tarda pas à arriver. Alors qu’elle les observait du haut de son pigeonnier, Stéphane embrassa Virginie au pied de l’immeuble d’en face. Emma oscillait entre rage et désespoir, jalousie et écoeurement. Tout ça c’était la faute de ses parents ! Qu’est-ce que ça pouvaient leur faire qu’elle sorte avec les autres ? De toute façon ils ne l’aimaient pas et se plaignaient sans cesse qu’elle était insupportable. Qu’est-ce que ça pouvait bien leur foutre en vrai, si ce n’est la peur du regard des autres, bons catholiques pratiquants, qui ne manqueraient pas de les juger de parents laxistes ou défaillants ? La mère de Virginie et les parents des autres gamins n’allaient pas à la messe et ne se préoccupaient manifestement pas du regard des autres, eux. Emma se disait que vivre, aimer et être libre,   ressemblait sûrement plus à ça qu’à sa pauvre vie !

Elle  qui avait toujours réussi à trouver des compromis pour accepter sa condition, elle commença à nourrir des sentiments nouveaux envers ses parents autant qu’envers les autres : la haine et le dégoût. Elle ne comprenait pas le sens de la vie et commençait à douter sérieusement de la bienveillance de ses propres parents et amis, ainsi que de la nature humaine.

4ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Courant juillet, l’été battait son plein. Virginie était partie à Arzon sur la presqu’ile de Rhuys, pour deux mois avec le reste de sa famille. Alors que les gosses avaient  déserté la cité les uns après les autres pour partir en vacances, Emma se rendait régulièrement à la piscine de Kercado les après-midi, comme presque tous les jeunes qui restaient là. En attendant de partir pour un mois chez son père, Stéphane fréquentait également la piscine. Bien que d’autres jeunes lui faisaient les yeux doux et essayaient de la draguer dans le grand bassin extérieur inondé de soleil,  Emma profita de cette occasion pour tenter de se rapprocher à nouveau de son flirt. Mais elle  n’intéressait manifestement plus Stéphane. Elle se fit plus pressante et le suivait partout. Jusqu’au moment ou le jeune garçon, exaspéré, se retourna vers elle et arborant une moue dégoûtée, lui cracha en plein visage. Puis, sans autre explication, il la planta là.  Elle essuya rapidement son visage. Le cracha puait, elle failli vomir sur place. Mais surtout elle avait honte. Elle regarda autour d’elle pour voir si on l’observait. La piscine grouillait de monde, personne ne semblait avoir remarqué l’incident.  Alors, elle fit comme elle pu pour sauver la face et se réfugia dans les vestiaires. Mais elle ne comprenait pas ce qui venait de se passer. Stéphane s’était-il vengé de la course poursuite dans les escaliers avec Sylvain ou bien s’était-il moqué d’elle, avait-il joué avec elle et était ensuite passé à autre chose ?

Avant de partir, Virginie lui avait confiée en riant, que Stéphane ne l’intéressait pas, qu’ils s’étaient embrassés et basta. 

C’était l’été, ils étaient enfants, ils s’amusaient. Pourquoi essuyait-elle un tel affront ? L’idée du racisme lui effleura l’esprit mais elle la rejeta. Elle ne voulait pas tomber dans les affres de la paranoïa familiale. Elle n’arrivait même pas à en vouloir à son frère.

Cependant, ce souvenir humiliant restera à toujours gravé dans sa mémoire.

Roman les cadeaux mal emballés

Le sage a honte de ses défauts, mais n’a pas honte de s’en corriger !

CONFUCIUS

Pour aller plus loin

J’ai souhaité commencer cet article concernant le 4ème extrait de mon roman, avec une citation d’Alain AYACHE, célèbre éditeur de presse français, iconoclaste, né à Alger en 1936.
Champion de ping-pong à 13 ans, il s’était lui-même photographié, avait rédigé l’article puis avait proposé le tout à L’Echo d’Alger. Sensible au culot de l’adolescent, le journal avait accepté. C’est ainsi qu’il entreprit son premier contact avec la Presse à Alger.
A 16 ans, il se fait connaître en s’enfermant dans un placard chez DROUANT où il écoute les délibérations du jury du Goncourt. Il débutera sa vraie carrière à PARIS-PRESSE en 1958 et à l’hebdomadaire AUX ÉCOUTES en 1960.


Pourquoi citer cet homme concernant ce 4ème extrait de mon roman ?

Nature et forces d’Emma


Dans ce 4ème extrait de mon roman, à l’instar d’Alain AYACHE, très jeune, Emma est vive, audacieuse et brave ses peurs. En outre, jolie gamine, c’est un personnage très charismatique, solaire, extravertie. Néanmoins, sa condition d’enfant mineure lui pèse rapidement car, intelligente et dotée de fortes intuitions, elle s’exprime de manière pertinente et est portée par un impérieux besoin de liberté. Probablement trop pertinente et libre pour son époque et ses parents, enfants de colons, immigrés dans les années 1960 lors de l’indépendance de Madagascar où ils travaillaient pour le gouvernement français. Déracinés de leur terre de naissance et ayant tous les deux manqués d’un de leur parent, ils portent des blessures personnelles et identitaires profondes, les conduisant immanquablement à vouloir s’intégrer de façon exemplaire. D’autant plus que sa mère de couleur, issue d’une famille de la côte et son père digne descendant de famille blanche et rentière déchue, se sont battus contre leurs parents pour s’unir et les ont finis par les fuir.

J’aborde le sujet des blessures dans l’un de mes premiers articles intitulé « Les blessures émotionnelles » qui fait partie « Dans la série comment bien rater sa vie – Pourquoi et comment se libérer des fidélités et contrats inconscients« .

Vulnérabilités d’Emma

Bien qu’elle soit née en France (c’est la seule de la famille, mais j’y reviendrai plus tard), ses parents lui imposent d’autorité, leur propre leitmotiv de « devoir d’intégration ». Mais Emma, hypersensible et très intuitive, ressent de plein fouet leurs peurs, confusions et paradoxes ainsi que leur incohérences, conscients ou inconscients. Inévitablement, ils ne se comprennent pas. Très rapidement, leur relation s’avère compliquée et Emma vit ses premières années, en perpétuelle confusion.

La honte

Mon propos en tant qu’auteur, dans ce 4ème extrait de mon roman « Les cadeaux mal emballés », est de décrire la vie d’Emma et tenter de révéler aux lecteurs, les raisons de ses souffrances, difficultés voire de ses échecs et le cheminement qui l’amènera à clarifier le flou « peu artistique », mais si fréquent, dans lequel elle évolue. Au-delà du comportement stupide, humiliant, presque anecdotique, qu’elle subit lorsque le gamin lui crache en plein visage en public à la piscine, la honte qu’elle ressent ne lui appartient pas. Il se joue à ce moment quelque chose de plus profond, dont elle a malgré son fort tempérament, hérité de ses parents. Mais à ce stade, elle n’en n’a absolument pas conscience même si elle imagine que son frère ou ses parents puissent avoir une certaine responsabilité.

Conclusion

Malheureusement, Emma n’est pas au bout de ses peines. Il lui faudra traverser beaucoup d’ épreuves avant de prendre conscience des raisons de ses souffrances, de ses échecs et de son errance dans la vie et cela prendra de nombreuses années.



Pour aller + loin

Béatrice SEBAG, Auteur

Pour répondre à une question que l’on m’a récemment posée, c’est de cette manière tout à fait personnelle, que j’aborderai et lierai les deux passions qui m’animent à ce jour et s’avèrent être les motivations de la création de mon site internet : l’écriture et le développement personnel. Cela me permets « d’une pierre deux coups » de faire découvrir ma plume au public et les guider, voire les orienter dans leur quotidien à travers un récit authentique et initiatique.

N’ayez pas honte de dire ce que vous n’avez pas honte de penser – Proverbe Latin

Pour aller encore + loin

Et pour aller encore plus loin, je partage ci-après trois articles inspirants et pleins de valeur, rédigés par mes collègues Blogueurs et « supers-parents », Bénédicte & Fabien, allias Clo Chette sur leur super Blog « L’éveil des émotions« .
Découvrez leurs méthodes bienveillantes pour apprendre aux enfants à se familiariser avec leurs émotions et leur faciliter la compréhension de leurs différents comportements. Indispensable pour les aider nos enfants et petits enfants à :

  • mieux se connaître,
  • évoluer dans le monde,
  • et grandir avec + de conscience
  • devenir la meilleure version d’eux-même.

Lisez les 3 articles et découvrez gratuitement les méthodes de Bénédicte & Fabien 🙂

« La météo intérieure« 

« Les émotions dans le temps« 

« Confiance et estime – l’activité des pots de fleurs »

Poème de Dorothy Law Nolte et Photo de Robert DOISNEAU

CHAQUE ENFANT APPREND PAR L’EXEMPLE…

Si un enfant vit dans la critique, il apprend à condamner.

Si un enfant vit dans l’hostilité, il apprend à se battre.

Si un enfant vit dans le ridicule, il apprend à être gêné.

Si un enfant vit dans la honte, il apprend à se sentir coupable.

Si un enfant vit dans la tolérance, il apprend à être patient.

Si un enfant vit dans l’encouragement, il apprend à être confiant.

Si un enfant vit dans la motivation, il apprend à se faire valoir.

Si un enfant vit dans l’équité, il apprend la justice.

Si un enfant vit dans la sécurité, il apprend à faire confiance.

Si un enfant vit dans le soutien, il apprend à s’aimer.

Si un enfant vit dans l’acceptation et l’amitié, il apprend à trouver l’amour dans le monde.

Pour terminer l’illustration et les commentaires du 4ème extrait de mon roman, je partage l’article inspirant de mon collègue Blogueur et Coach Professionnel de vie Eric Bouf, publié sur son Blog riche en valeur « se réveiller pour se transformer« , qui nous rappelle une méthode que j’utilise depuis de nombreuses années pour relativiser, dédramatiser et éviter de se prendre trop au sérieux, quand tout devient lourd : l’auto-dérision ! 🤗
Ingrédient indispensable pour alléger le quotidien et le regard qu’on porte sur nous et sur les autres et à transmettre d’urgence aux enfants !

Découvrez son article « Autodérision – humour authentique et rire de soi » 🙂



Cliquez ici pour commander mon roman

Béatrice SEBAG - Auteur
À BIENTÔT !


3ème extrait de mon roman

Béatrice SEBAG – Auteur

3ème Extrait de mon Roman « Les cadeaux mal emballés »

Ignorant d’où je viens, incertain où je vais – Alphonse de LAMARTINE

Vous avez déjà pu lire et écouter deux premiers passages de mon roman en cours de rédaction. Pour mémoire, vous pouvez les retrouver grâce aux liens ci-après :

1er extrait de mon roman

2ème extrait de mon roman

Cliquez sur la vidéo ci-dessous pour écouter le 3ème extrait !

 

3ème extrait de mon roman – Auteur Béatrice SEBAG

3è extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Quand le passé a été rude, le présent difficile et l’avenir incertain, à qui s’adresser ? Où tourner ses regards avec espoir, sinon vers le ciel ?
Georges Isidore BARTHE

Roman « Les cadeaux mal emballés »

LA VOYANTE

« … Le lendemain, elle se rendit à son travail comme d’habitude. C’était jour de marché en ce début de semaine. Il faisait beau et la porte de la boutique était ouverte pour inciter les clients à entrer.  Vers onze heures, une diseuse de bonne aventure franchit le seuil de la boutique. Il était fréquent de les voir accoster les gens sur la grande place ou dans les ruelles, ces matins là. Elles profitaient de l’affluence pour proposer leur voyance aux passants. Mais étrangement, cette fois-ci, la femme se dirigeait précisément vers Arielle, la collègue d’Emma. Elle avait quelque chose de particulier à lui révéler  et insistait pour lui parler. Arielle, dédaigneuse, la repoussa. La voyante insista, elle avait une bonne  et  importante nouvelle à lui communiquer qui  pourrait changer sa vie ! Arielle campa sur sa décision et ne voulu rien savoir.

3ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Pensant à ce qu’elle vivait avec Romain, Emma l’interpella pour l’interroger sur son avenir. Mais la femme refusa. Elle était rentrée uniquement pour informer Arielle et s’en allait, faute de lui avoir parlé. Elle se dirigeait vers la porte, quand  Emma insista. Elle demanda à Cécile, sa responsable, la permission de prendre une pause. Cécile acquiesça. La femme s’était empressée de quitter le magasin. Emma vexée et souhaitant plus que jamais avoir des réponses, couru après elle. La voyante ne voulait toujours pas lui parler et pressait le pas comme pour la fuir. Devant l’insistance d’Emma, elle s’arrêta et lui dit : 

– ça coûte cher de me poser des questions ! Passez votre chemin,  jeune fille, vous n’avez pas les moyens !

Emma, piquée par ce nouveau refus lui rétorqua :

– Peu importe le prix ! Dites-moi mon avenir !

Pensant la convaincre, la voyante l’informa qu’elle ne prenait que des espèces et qu’Emma n’avait probablement pas autant de liquide sur elle. Emma stoppa la femme en se campant devant elle et lui proposa de la suivre jusqu’au distributeur de billets qui se trouvait en bas de la place des Lices.

La femme finit par accepter et lui demanda 1000 francs. Emma s’en fichait, elle voulait comprendre pourquoi cette femme la fuyait. Arrivée à la banque, elle tapa fébrilement sur les touches du clavier de l’automate et extirpa à la hâte les billets. Elles remontèrent la place du marché pour retourner à la boutique et s’installèrent dans une cabine d’essayage. Emma tira nerveusement le rideau derrière elle. Son coeur s’emballait et la pression sanguine lui battait aux tempes. Résignée, la voyante lui prit la main. Son visage s’assombrit net. Elle referma la main d’Emma, manifestement bouleversée et tenta une nouvelle fois de s’en aller sans rien lui dire. Emma lui tendit les billets et lui fit comprendre qu’elle ne la laisserait pas partir sans prédiction. La diseuse de bonne aventure semblait vraiment décontenancée. Elle fouilla dans sa poche et en sortit un bout de fil blanc. Elle invita Emma à le serrer dans sa main droite, le poing fermé, pendant qu’elle lirait dans sa main gauche. 

Lorsqu’elle aperçut à nouveau les lignes de la main d’Emma, elle balbutia qu’elle allait être très heureuse, aurait beaucoup de succès et d’amants, ferait deux enfants après s’être mariée et vivrait longtemps. Elle rajouta qu’elle avait elle aussi des dons, qu’elle était probablement médium et que, plus âgée, elle pourrait aider beaucoup de gens. Mais Emma sentait bien qu’elle ne lui disait pas tout. Et elle insista en demandant des précisions sur son actuel compagnon. La femme releva la tête et la regarda gravement, elle avait les larmes aux yeux ».

Le vrai génie réside dans l’aptitude à évaluer l’incertain, le hasardeux, les informations conflictuelles

Winston CHURCHILL

Pour aller plus loin

Comme le dit si bien Georges PERROS (qui étudiera le piano et l’art dramatique à la Comédie Française avant d’entamer une carrière d’écrivain) : « Fidèle à soi-même, fidèle à son futur, non à son passé ! ».
A cette étape du Roman, Emma, âgée d’à peine 23 ans vit en couple et se sent perdue. Elle ressent un malaise mais ne sait pas si c’est de la faute des autres, Romain, Yollande, sa famille…ou si elle ne serait pas folle. Désespérée elle envisage d’interroger cette voyante au départ pour profiter de l’opportunité de sa présence, mais le comportement fuyant de la femme va augmenter ses peurs et son insécurité. Elle porte de profondes blessures dont elle n’est pas encore consciente à son âge, bien que ses intuitions lui ont toujours laissé penser que quelque chose clochait dans sa vie.

Afin d’éclairer et de mieux comprendre ce 3ème article de mon roman, lisez mon article « Les blessures émotionnelles » où j’aborde ce sujet des blessur et dont je rappelle ci-après la conclusion.


« Les blessures que l’on porte ne sont pas dues aux traumatismes ou aux épreuves que l’on a vécus. Il y a toujours des personnes qui auront vécu les même épreuves, en tous points identiques : certaines s’en sortent et d’autres pas. Encore une fois POURQUOI ou COMMENT plus précisément ?
Ce ne sont pas les épreuves elles-mêmes, ni les traumas qui nous font souffrir. Sinon les conséquences seraient les mêmes pour tous !
C’est le regard que nous portons sur les épreuves et les traumas qui nous permettent soit, d’en faire des forces, en osant exprimer nos vulnérabilités et accepter nos part d’ombres, les considérer comme des atouts pour grandir et avancer, soit se considérer comme une victime le reste de notre vie en rendant les autres responsables ».

Pour aller encore + loin

L’article « La dissonnance cognitive« , du blog Frenchtouch Séduction, qui se présente comme un lieu d’échange et de réflexion sur les relations amoureuses, et plus généralement, sur comment être bien dans sa vie d’adulte, porte certes un titre « savant » mais il explique fort bien pourquoi souvent, nous avons du mal à faire ce qu’il faudrait faire pour se sentir mieux, et rappelle également l’importance de notre instinct.


Pour en savoir + sur mon roman « Les cadeaux mal emballés », cliquez ici pour commander votre exemplaire 🙂

Acheter les cadeaux mal emballés

À bientôt !

Béatrice SEBAG, Auteur

2ème extrait de mon roman

Béatrice SEBAG – Auteur

2ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Le désespoir est toujours une soumission – Romain GARY

Vous avez déjà pu prendre connaissance du 1er extrait de mon roman.

Découvrez à présent le second extrait :

2ème extrait de mon 1er Roman « Les cadeaux mal emballés »


2ème extrait de mon roman

2ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Les cadeaux mal emballés

« … Yollande ne voulait rien entendre. Si Emma lui foutait la paix, Romain irait mieux ! Emma aurait bien voulu lui foutre la paix justement et faire ses valises. Mais Romain la retrouvait toujours à chaque rupture, la suppliait, l’implorait de revenir avec lui car il ne pouvait pas vivre sans elle.
Pour lui, ils étaient liés « à la vie, à la mort ».  Le rêve de Romain était d’ailleurs qu’ils se suicident ensemble après avoir fait l’amour.
Pourtant parfois c’est lui qui la quittait ou la jetait dehors plus précisément. Elle se réfugiait alors chez ses parents ou chez des amis, mais il ne s’était jamais passé une semaine sans qu’il ne la retrouve et lui ordonne de  revenir avec lui. Jamais !
Et ça ne manqua pas d’arriver une nouvelle fois.
Un matin alors qu’Emma venait de terminer de déjeuner et se préparait à aller travailler,  Romain lui demanda de partir.
– Fais ton sac et laisse-moi ! Lui dit-il le regard vide.
– Ne reviens pas !
Emma n’y croyait plus. A quoi bon s’en aller pour revenir dans une semaine ?!… Elle était lasse de se retrouver sans domicile, à errer dans les rues en cherchant une solution, d’autant plus que ça arrivait souvent la nuit tombée.

Elle en avait assez de mentir à ses proches et faire semblant que tout allait bien lorsqu’elle débarquait chez les autres pour dormir. Elle avait honte de sa vie. Honte de cette relation, mais ne voyait aucune issue puisque Romain la retrouvait toujours et qu’elle n’arrivait pas à lui dire non ni à lui échapper. Cette fois-ci, elle resterait, coûte que coûte ! En plus, elle savait bien qu’on aurait pu lui reprocher de partir alors que Romain était en plein deuil. Elle craignait le regard et le jugement des autres et ça, elle l’avait hérité de sa propre famille. Alors elle fit comme si elle n’avait rien entendu, monta dans sa voiture pour se rendre à son travail. Toute la journée à la boutique, elle fit semblant que tout allait bien, comme elle en avait pris l’habitude.
Quand elle rentra le soir, Romain était dans sa chambre à regarder l’aquarium de poissons rouges. Il pouvait rester des heures, une après-midi entière même, à regarder ces putains de poissons rouges
Quelques jours passèrent dans cette ambiance sans qu’un mot ne soit échangé. Yollande faisait comme si de rien n’était.
Emma se mit alors en quête de chercher un nouveau logement. Malgré qu’elle travaillait peu dans cette boutique de prêt à porter, qu’elle se présentait seule pour les visites et pour accomplir les démarches, elle réussit à louer un appartement.

2ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

2ème extrait de mon roman

Un petit air de soumission. Le pire air pour un enfant – Elise TURCOTTE

Ce 2ème extrait de mon roman est tiré du début du chapitre II. Emma, l’héroïne, évolue toujours dans un environnement hostile et cherche désespérément à s’en sortir.

Pour aller + loin

Faut-il se soumettre pour plaire ?

L’article GUIDE DE SURVIE FACE AUX EFFETS DE GROUPE de ma collègue Blogueuse Margaux NEZAM, sur son Blog « Explosif à l’oral » nous déconseille fortement de se soumettre pour plaire, mais bien :

  • de prendre confiance en soi et ne surtout pas se cacher
  • de s’assumer et s’exprimer (ne pas se taire), surtout lorsqu’on sait bien manier les mots
  • d’oser briller !
  • d’apprendre à dire NON ! Non je ne me soumettrais pas et j’assume qui je suis et ce que je fais !
  • se défendre (même durement s’il le faut) lorsqu’on nous attaque (cesser d’être gentil)
  • ne pas descendre au compromis avec nous-même POUR les autres !
  • défendre notre place à où nous décidons qu’elle EST !
  • parler et si ça Dérange : parler plus fort !
  • ne JAMAIS baisser les yeux, parce que si nous le faisons une fois, nous ne pourrons plus les relever.

Je partage entièrement son avis et vous invite à être ou devenir FIER de VOUS !


Pour aller toujours + loin

Confiance en soi et intuition

Avoir confiance en soi et faire confiance en son intuition sont de précieux atouts pour éviter d’être soumis et de gâcher sa vie. Pour compléter le 2ème extrait de mon roman, retrouvez les meilleurs conseils pour retrouver confiance en soi et apprendre à faire confiance à notre intuition, dans mon article « dernier extrait de mon roman« .


Cliquez ici pour commander mon roman

roman les cadeaux mal emballés
2ème extrait de mon roman - béatrice SEBAG
À bientôt !

1er extrait de mon roman – B.SEBAG

Retrouvez en version audio, le 1er extrait de mon roman + des bonus complémentaires pleins de valeur 🙂

« Comment bien rater sa vie » – 1er extrait de mon roman

Ou comment passer à côté de nos rêves

A trop vouloir garder, on finit par tout perdre

Charlélie COUTURE

Avant de vous présenter le tout premier extrait de mon roman en cours d’écriture, j’emprunte cette citation à l’un de mes artistes préférés, Charlélie COUTURE.

À TROP VOULOIR GARDER ON FINIT PAR TOUT PERDRE

C’est une phrase clé de sa chanson que j’aime toujours autant : « Partie sans rien dire » qui évoque les tourments de la jalousie d’un auteur compositeur. S’agit-il de lui ? C’est probable…En tout cas, même si aujourd’hui, je ne pleure plus en écoutant ce disque, j’ai bien sûr expérimenté cette situation. J’ai été jalouse et j’ai surtout subi la jalousie, celle qui rend fou, la jalousie maladive et mortifère.

Vous découvrirez dans ce premier extrait de mon livre, un passage évoquant un homme, Romain, le premier conjoint d’Emma, l’héroïne de mon roman, qui devient fou : fou de jalousie.

Je rajouterai à cette maxime : « A trop vouloir attendre, on passe à côté de notre vie, de nos rêves ». Il y a l’attente du bon moment, de l’occasion, des concrétisations.

Personnellement, j’ai attendu d’être une jeune fille, j’ai attendu la première sortie, j’ai attendu le premier amour, le premier baiser, la majorité, d’avoir mon bac, de pouvoir conduire, de vivre en couple, le premier CDI, le premier salaire, attendu d’être mère, d’acheter une maison, d’être riche, que la vie soit clémente, de guérir…

D’autre attendront d’être à la retraite, d’être divorcés, attendront un rein, un coeur…

Puis il y a les attentes qui dépendent de l’extérieur, des autres : attendre de la reconnaissance, du réconfort, de l’amour, attendre que l’autre change, que l’autre m’écoute, me comprenne, que les enfants partent. Attendre la paix dans le monde, la fin de la pandémie, qu’il fasse beau, attendre des excuses, attendre d’être calme, attendre qu’il soit romantique, attentionné, que l’autre me donne raison, attendre un pardon…



Toutes ces attentes que l’on porte, nous empêchent trop souvent d’agir, d’expérimenter, d’oser réaliser nos rêves. Sous couvert de « réflexion raisonnable », ce comportement se révèle être, en réalité, la stricte expression du mental, dominé par un juge intérieur puissant et dominateur, appelé également « faux self » (j’aborderai ce sujet dans un prochain article), qui prend le pouvoir d’une manière générale, au coeur de notre discours intérieur. Je dis « sous couvert » car la majorité des gens fonctionnant ainsi, considèrent fonctionner de manière adulte et responsable. Or se cacher derrière cet argument de « réflexion raisonnable » et nier totalement être paralysé par les peurs ou les doutes, revient à se mentir à soi-même. Et se mentir à soi-même est assurément LA trahison suprême que nous pouvons nous infliger, conduisant inévitablement à rater magistralement notre vie et passer à côté de la concrétisation de nos rêves les plus chers.

1er extrait de mon roman Béatrice SEBAG

Trêve de blabla, trêve de blabla…Revenons à la jalousie. J’aurais pu titré : « La jalousie ou comment bien rater sa vie ». Mais il y a tellement de manière de foutre notre vie en l’air, que je vais procéder par… thème ou catégorie, lol…
Je vous partage à présent le tout 1er extrait du livre que j’écris actuellement (comme je vous en ai informé dernièrement via mon profil Facebook et sur la page d’accueil de ce blog). C’est un passage illustrant une théâtrale et dramatique scène de jalousie.
Donc on y va !

La jalousie

Premier extrait de mon roman – Béatrice SEBAG

1er extrait de mon roman – BS

« …Mais cette fois-ci, c’en était trop ! De toute façon ça se passe à présent dans un appartement et les voisins vont sûrement nous entendre et nous venir en aide, se disait-elle.

Pourtant au fond d’elle, elle ne pouvait s’empêcher de penser à la fois où, dans leur premier appartement boulevard de la Paix, il avait commencé à la frapper.  Les voisins avaient effectivement appelé la police. Ce qu’elle avait malheureusement retenu c’est que les  représentants de l’ordre étaient partis comme ils étaient venus après que Romain les eu rassurés en leur disant : « Rien rien Messieurs, c’est juste une petite dispute d’amoureux, hein chéri, rassure ces messieurs les policiers ! ». Les officiers de police l’avaient rapidement regardée en lui demandant si tout allait bien et elle avait répondu oui, craignant les représailles de Romain et espérant que ça ne lui arriverait jamais plus. 

Puis comme à l’habitude, Romain s’en alla. Cette fois-ci elle allait le quitter, c’était sûr ! Il finirait un jour par la tuer ou l’estropier…Elle verrouilla  la porte d’entrée et réussit à se coucher tant bien que mal. Le lendemain elle se rendit à son travail, bien décidée à en finir avec Romain. 

1er extrait de mon roman Béatrice SEBAG

Quand elle rentra de la boutique le soir, un peu avant 20 heures, Romain était là. Il lui demanda pourquoi elle avait mis presque une heure à rentrer après la fermeture du magasin. 

  • « Avec qui étais-tu ? » Hurla t’il. 
  • Arrête Romain, je suis rentrée seule et directement, arrête de délirer.
  • Ok, alors approche-toi. J’ai vérifié ton tiroir de culottes, il manque la rouge, c’est celle-là que tu portes ? 
1er extrait de mon roman Béatrice SEBAG

Emma aurait voulu disparaître comme par magie, elle sentait la crise arriver.

  • Montre moi si t’es tranquille et si tu n’as rien à cacher !

Elle s’exécuta. Et avant qu’elle n’ai pu remettre son jean, il l’a plaqua contre lui  et enfonça son majeur dans le sexe d’Emma. 

  • Je préfère vérifier moi-même, comme ça je suis sûr. 

Emma se demandait comment elle en était arrivée là…Elle se sentait humiliée, souillée et totalement désemparée devant la folie de Romain. Car il ne fallait plus se mentir, Romain sombrait dans la folie et elle craignait le pire, à présent.

Elle se dirigea dans la chambre et s’assit sur le lit. Elle était effrayée et n’arrivait plus à bouger. Romain la rejoint dans la chambre et s’assit à ses côtés. Il continua avec une voix douce. Cette voix douce, Emma la connaissait bien et elle ne présageait rien de bon ».



Pour aller plus loin au sujet de ce premier extrait de mon roman

Pour aller + loin je vous propose de regarder cette courte vidéo : « Relations toxiques, comment la reconnaitre et s’en sortir ? »

Cliquez sur le lien ci-après

https://www.youtube.com/watch?v=2IRArCOXrHQ

Je partage également un très bel article « Se donner une chance d’être aimé en amour », de Nicolas ROCHÉ, collègue blogueur et Coach pour des relations de couple plus authentiques, heureuses et alignées. Retrouvez-le sur son blog GRAINE DE COEUR.

Pour lire son article, cliquez sur le lien suivant :

https://graine-de-coeur.fr/se-donner-une-chance-detre-aime-en-amour/


Pour aller encore plus loin

Découvrez un de mes premiers mentors, si ce n’est le 1er, Thomas d’Ansembourg, dans la vidéo suivante « Cessez d’être gentil soyez vrais ». J’ai participé à de nombreux stages sur la communication non violente (CNV) et à certaines de ses conférences.
J’en suis toujours ressortie avec plus de clarté et des prises de conscience qui m’ont permis de transformer mes comportements limitants et d’auto-sabotage, de sortir de ma zone de confort, de mes enfermements et de retrouver ma puissance personnelle jour après jour. Je ne peux que vous inviter à l’écouter si vous souhaitez améliorer vos relations, votre qualité de vie dans tous les domaines, dépasser vos peurs et oser réaliser vos rêves.

Conférence

Thomas d’ANSEMBOURG est, notamment, l’auteur du célèbre best seller du même titre « Cessez d’être gentil, soyez vrai ». Vous pouvez retrouver la référence de son livre sur la page BIBLIOGRAPHIE de ce site ou en cliquant sur le lien ci-après :

https://bsbselivre.com/bibliographie/

Cliquez sur le lien ci-dessous et retrouvez ou découvrez également l’article « Amour, masochisme ou dépendance affective », que j’ai rédigé qui propose des solutions pour sortir de la dépendance affective + un Bonus de valeur avec une vidéo de ma collègue Coach et Blogueuse Sandra MANENT « Comment sortir de la souffrance mentale et de la dépendance ? ».

https://bsbselivre.com/amour-masochisme-ou-dependance-affective/



À bientôt !

Abonnez-vous pour recevoir automatiquement les derniers articles !

Béatrice S. se livre