Se libérer des blocages

Podcast

Béatrice SEBAG
Auteur et coach

La peur bloque la compréhension intelligente de la vie – Jiddu KRISHNAMURTI

Se libérer des blocages

Dans cet article, je vous partage mon 1er podcast réalisé début 2022 avec mon collègue et ami Pierrick DECAUX, Magnétiseur, formateur et présentateur, sur sa chaîne et groupe facebook « 6ème sens TV« , afin d’aider les personnes à se libérer des blocages, des peurs et réussir à retrouver sa pleine puissance.

Il n’y a pas de cause à la peur. Elle n’est qu’imagination. Elle te bloque comme une barre de bois tient la porte fermée. Brûle cette barre ! – Rumi

Se libérer des blocages

Ceux qui ont écouté ce podcast on également lu mon article « Oser dépasser ses peurs » qui témoigne de mon expérience personnelle et vous livre POURQUOI j’ai osé dépasser mes peurs.

Roman les cadeaux mal emballés

Méthode pour se libérer des blocages

Pour compléter mes articles et les conseils que je vous livre sur ce blog,
je vous présenterai bientôt la méthode que j’ai conçue pour vous aider à vous libérer, en 90 jours, de vos principales peurs et blocages et vous permettre ainsi de parvenir enfin à réaliser les objectifs et rêves qui vous tiennent le + à coeur. 🙂

se libérer des blocages

Pour aller plus loin

Et pour vous aider pour l’instant, à prendre toujours + concsience de l’importance d’oser dépasser vos peurs et réussir à réaliser vos rêves, il me paraît important de rappeler les 7 principaux blocages émotionnels recensés sur le blog Psychologue.net.

Comment savoir si l’on souffre d’anxiété en amour ?

Dans notre vie amoureuse, il est très important de savoir si l’on souffre véritablement d’anxiété, pourquoi ça se produit et comment s’en remettre. Connaître les 8 principaux signes qui indiquent l’anxiété relationnelle (article révisé par le Comité Psychologue.net), me paraît dès lors incontournable si l’on veut véritablement réussir à se libérer de nos blocages, de nos peurs pour parvenir à mieux vivre au quotidien et reprendre le contrôle de notre vie.

Il est établi que l’anxiété amoureuse se traduit notamment par :

  • une inquiétude constante
  • peur de l’infidélité, de la séparation
  • trop réfléchir et fatiguer l’autre au cours des conversations
  • éviter les relations amoureuses
  • doutes incessants sur le partenaire
  • contrôle excessif
  • dépendance affective…

Effectivement, même si nous parvenons souvent personnellement à nous maintenir dans notre zone de confort en continuant à vivre et avancer tant bien que mal, ce symptôme traduisant un blocage relationnel, nous pouvons le transmettre inconsciemment à nos enfants quand on est parents.
C’est malheureusement l’une des culpabilités les + fréquentes en tant que parent, qui finit bien souvent par faire plonger de nombreuses mères dans un cercle vicieux de mal être, voire de déprime, ou de dépression chronique à force de vivre trop de culpabilité.
Et cela peut se traduire par de nombreux symptômes divers et variés tels que : la prise de poids, la perte d’énergie ou l’épuisement, la dévalorisation, l’échec professionnel, les problèmes de couple, etc…soit une perte de goût à la vie.

Pour aller encore plus loin
Se libérer des blocages – Comment bien choisir son coach

Pour compléter cet article et vous apporter toujours + de valeur, je vous invite à prendre connaissance de l’article « Comment bien choisir son coach, thérapeute, psy ? », de la coach énergétique Sarah SCAPOLLA publié sur son blog Messagère de mots.


Voilà pour l’article de la semaine 🙂





À la semaine prochaine !


Acheter les cadeaux mal emballés

Cliquez ici pour commander votre exemplaire 🙂



Comment être Zen avec l’argent ?

Carnaval d’articles proposé par Ophélie JOUVENON

Ophélie JOUVENON économiste et coach certifiée, organise un Carnaval d’articles, sur le thème « Comment être Zen avec l’argent ? ». Mon article est rédigé dans le cadre de son évènement inter blogueur. Elle a créé son blog « FRIC AU FÉMININ » pour aider les gens à libérer leur relation à l’argent, à la valeur, pour marcher vers la liberté financière.


Je vous livre ci-après, l’article que j’ai rédigé exclusivement pour le  Carnaval d’articles dOphélie JOUVENON sur le thème imposé : « Comment être zen avec l’argent ? ».
Au-delà d’être une collègue blogueuse, et comme moi, élève de la formation « Blogueur Pro » d’Olivier ROLLAND, Ophélie est entrepreneur, investisseuse et maman hyperactive.

Béatrice SEBAG, Auteure.

L’argent n’est qu’une fiction – Aristote

Comment être Zen avec l'argent ?

Dans ce nouvel article rédigé pour le carnaval d’articles d’Ophélie JOUVENON, vous découvrirez 

I – Pourquoi j’ai choisi de rédiger cet article sur le thème « Comment être zen avec l’argent ? »

II – Qu’est-ce que l’argent ? Et comment est-il perçu ?

III – Ce qu’on ne dit pas sur l’argent 

IV – Mon expérience « Story telling »

V – Conclusion pour réussir à devenir zen avec l’argent

Comment être zen avec l'argent ?

Comment être zen avec l’argent ?

Introduction

Ophélie JOUVENON, est, comme elle le définit elle-même : économiste et coach certifiée. Elle est également entrepreneure, investisseuse, et maman hyperactive. 

Ainsi, durant les 20 dernières années, elle a accompagné plus de 5000 personnes à élaborer, financer et entreprendre les projets de leurs rêves : des start-upers en zone urbaine, des agriculteurs, des commerçants et des artisans en zone rurale, des free-lancers en pépinières d’entreprises et espaces de coworking.

Comment être zen avec l'argent ?

Elle a également impulsé, piloté et monté des fonds d’investissement et des programmes financiers pour soutenir des entreprises et des projets économiques sur des territoires.

Mais surtout, elle aime aider des personnes qui ont envie de transformer leur vie, car elles lui apportent autant en énergie positive que ce qu’elle leur apporte en solutions. Et c’est là que je la rejoins. 

Comme le disait Einstein, « tout est énergie, et c’est là tout ce qu’il y a à comprendre dans la vie ».

Durant ses 20 années de pratique professionnelle, un point épineux revenait presque tout le temps : celui de l’argent. Le rapport émotionnel à l’argent et le manque de culture financière limitaient la très grande partie des personnes dans leurs projets. 



I – Pourquoi j’ai choisi de rédiger cet article « Comment être zen avec l’argent ?« 

Ce thème proposé par Ophélie me parle tout d’abord parce que c’est une femme qui parle d’argent. J’entends déjà des petites voix monter au créneau, lol… Oh, là ! On se calme !…

Oui, les femmes et l’argent, deux sujets que je considère véritablement diabolisés dans notre société toujours patriarcale, et véhiculés dans l’inconscient de nos enfants bien souvent, qu’on le veuille ou non. 

J’ai choisi aussi choisi de rédiger cet article, et c’est ce que j’aime particulièrement, parce que c’est une femme ordinaire, comme vous et moi, avec son histoire, sa famille, ses difficultés et ses réussites. 

Et surtout parce qu’elle en parle, tout simplement, et qu’elle en parle d’une manière compréhensible pour tous, authentique et avec un regard nouveau qui apporte de la valeur à tout le monde.


Comment être zen avec l’argent ?

II – Qu’est-ce que l’argent ? Et comment est-il perçu ?

On ne peut savoir comment devenir zen avec l’argent sans redéfinir, brièvement, ce qu’est l’argent, et ce sous plusieurs angles. 

Quelle est l’origine du mot argent ?

Voici, selon le dictionnaire, l’origine du mot argent : 

« Étymologie. (880) Du latin argentum, apparenté au grec ancien ἀργός , argós (“blanc, brillant”) ». 

Donc argent signifie BRILLANT : on imagine déjà tout ce qui va, consciemment, ou pas, entrer en scène avec cette définition. 

Quand l’argent a-t-il été créé ?

« Tout a commencé il y a 11 000 ans, au début du néolithique ». Avant, l’on parlait de TROC.

Qu’est-ce que l’argent en économie ? 

(selon le site : economy)

« La valeur de la monnaie est la perception attribuée à la monnaie à un moment donné en tenant compte des circonstances économiques qui l’influencent, comme l’inflation. L’économie est en constante évolution, plaçant la monnaie comme axe fondamental de son fonctionnement ».

Quelle est l’importance de l’argent dans l’économie moderne ?

« Le premier rôle de la monnaie est d’être une réserve de valeur, c’est-à-dire quelque chose qui est censé garder sa valeur de manière raisonnablement prévisible au cours du temps. L’or ou l’argent extraits il y a des siècles ont toujours de la valeur aujourd’hui ».

On arrive très vite à ARGENT = MONNAIE.

Comment être zen avec l'argent ?

Comment la monnaie influence-t-elle l’économie ?

Selon les classiques et les néoclassiques, la monnaie n’a pas d’influence sur l’économie réelle. Il n’y a donc pas de relation entre la sphère réelle et la sphère monétaire. La monnaie détermine le niveau général des prix : c’est la théorie quantitative de la monnaie.

Quelle est l’importance de la monnaie dans une économie moderne et diversifiée ?

Sans la monnaie, il est très difficile de calculer le PIB d’un pays par exemple ; servir de réserve de valeur : elle permet le transfert du pouvoir d’achat dans le temps. Sauf qu’il ne faut pas oublier que le pouvoir d’achat de la monnaie peut aussi baisser.

Quel est le but de la monnaie ?

La monnaie est censée remplir trois fonctions principales ; intermédiaire dans les échanges : la capacité d’éteindre les dettes et les obligations, notamment fiscales, constitue le « pouvoir libératoire » de la monnaie ; réserve de valeur ; unité de compte pour le calcul économique ou la comptabilité.

C’est quoi l’argent en philosophie ?

L’argent est ce qui permet de donner une valeur objective aux objets, au sens où il est un étalon de mesure de la valeur. Cependant, la valeur n’a pas d’objectivité en soi, mais résulte de l’intersubjectivité des désirs. Son approche relativiste de la valeur est sujette à critique.

Comment être zen avec l'argent ?

Quel est le rôle de l’argent dans la vie ?

L’argent a-t-il donc autant d’importance ? Omniprésent dans la société moderne, l’argent apparaît comme le centre et le moteur de toutes les actions humaines. L’argent est un moyen par lequel on peut faire du bien (à soi-même et aux autres) et qui permet d’accéder au bien-être, parfois même au bonheur.

Les avantages de l’argent

(selon le site : économie solidaire

Il permet d’avoir une certaine stabilité et un bon niveau de vie. Dans la société de consommation dans laquelle nous vivons, l’argent est un must have pour survivre,18 janv. 2018.

Est-ce que l’argent est important pour avoir une vie heureuse ?

(Selon le site : Le Point)

D’après une nouvelle étude, l’argent fait bien le bonheur, raconte Vanity Fair. Dans un papier publié en 2010, l’économiste Angus Deaton et le psychologue Daniel Kahneman constataient une hausse de la satisfaction à l’égard de la vie conforme à la hausse des revenus.28 janv. 2021

Comment être zen avec l'argent ?

À la lecture de ces définitions objectives et « sourcées » que vous pourrez aisément retrouver par vous-même, on commence à toucher du doigt les différentes interactions et conséquences dont va découler le fait d’avoir ou pas de l’argent. Mais surtout, on ne pourra comprendre les différents enjeux dans nos vies, qu’en allant examiner et en prenant conscience de notre propre relation à l’argent.


III – Ce qu’on ne dit pas sur l’argent

Comme le dit Ophélie :  « il s’agit donc essentiellement d’une relation, un système d’échange ». 

Mais contre toute attente, « c’est surtout beaucoup de psychologie et d’émotions associées ».

Rappeler que l’argent est un tabou, particulièrement en France d’ailleurs, relève d’un poncif. 

Cependant, comment un moyen, un outil, un « élément NEUTRE » au demeurant, est-il devenu un BUT pour une majorité d’individus ? 

Comme l’exprimait déjà le célèbre Philosophe Platon il y a « quelques » années (entre le 428 et 328 av. J.-C.) :

« C’est un élément NEUTRE et non un BUT, ou le symbole de l’échange qui permet d’uniformiser le système des RELATIONS HUMAINES et SOCIALES ». 

Considérant surtout, comme le disait si bien Aristote, que « l’argent n’est qu’une FICTION »

Comment être zen avec l'argent ?

L’argent aurait à la base, une fonction claire et bien définie. Les problèmes commencent lorsque, de moyen, d’outil, d’énergie, il devient un but, une fin en soi et prend une position dominante. Cela conduit inexorablement à la fin de l’échange, qui était pourtant son but originel. 

Portés par ce regard « détourné », on y associe des émotions fortes, handicapantes, voire mortifères. 

  • Comment raisonnablement imaginer que de nombreuses personnes n’arrivent pas à en parler ? 
  • Comment comprendre que certains arriveront même au suicide ou à tuer ?

Et pourtant, depuis tout temps, l’histoire et les faits divers regorgent de ces funestes dénouements. 

Parler d’argent, c’est toucher à l’intime

D’après FREUD, « notre relation à l’argent dépend de notre enfance ». D’aucuns diront : « oh, non ! Épargnez-nous ce discours par pitié ! ». 

Et pourtant, rappelez-vous : 

Comment être zen avec l'argent ?
  • Quel était le rapport à l’argent pour vos parents au cours de votre enfance ?
  • Que représentait l’argent au sein de votre famille, de vos proches ?
  • Quelle était la culture de l’argent autour de vous lorsque vous étiez enfant ?
  • Comment l’avez-vous vécu ?
  • Et à présent ? Quel est votre rapport à l’argent ? 
  • Celui de vos enfants ?
  • Quel rôle tient l’argent au cœur de votre famille actuellement ? Dans votre vie ?

Des émotions et des états tels que la peur, le rejet, le manque, l’insécurité, l’injustice, la honte, marquent-ils votre relation à l’argent ? Ou est-ce la joie, la gratitude, la sécurité, la paix, le plaisir et la félicité ?

Il y a de fortes probabilités pour qu’aujourd’hui vous viviez votre relation avec l’argent selon l’un ou l’autre de ces deux axes : 

en harmonie ou en opposition, par rapport à ce que vous avez connu pendant votre enfance. 

En avez-vous conscience ?

IV – Mon expérience « Story telling »

Personnellement, et j’en parle dans mon article, « Blessures émotionnelles« , mes parents, et surtout mon père, ont grandi avec un rapport compliqué et négatif avec l’argent. 

Comment être zen avec l'argent ?

Premier de sa lignée (depuis quelques générations, il semblerait), à travailler pour vivre, mon père est issu d’une famille de rentiers. Malheureusement, il naît au moment où toute la fortune a disparu, dilapidée par les ascendants, et il doit commencer à travailler à 14 ans pour payer les nombreuses dettes contractées par sa mère rentière, pour notamment entretenir le patrimoine immobilier restant. Il a donc complètement diabolisé l’argent ainsi que le plaisir, la légèreté, et grandit en refusant de devenir propriétaire. Il travaille comme un durement pour un petit salaire qu’il a du mal à dépenser, totalement traumatisé par les dettes qu’il pourrait contracter. Il vérifie son compte bancaire chaque jour, dort très mal, est continuellement épuisé, en colère et nourrit de profonds sentiments d’injustice et d’insécurité dont il ne parviendra jamais à se libérer. 

J’ai bien entendu été touchée par cette éducation vis-à-vis de l’argent. J’en ai toujours eu plus ou moins conscience, mais comme beaucoup de personnes, je ne faisais rien pour changer ce regard, dont j’avais hérité malgré moi. 

Mon premier roman, qui sortira en septembre prochain, livre les détails de mon parcours et les répercussions, bonnes ou mauvaises, qu’engendrera sur ma vie, cette éducation, notamment au regard de l’argent, ainsi que concernant le regard, la valeur que j’ai portés sur moi pendant cinquante ans. 

V – Conclusion

Alors, comment être Zen avec l’argent ? 

Pour terminer, je dirais que je rejoins à 200 % les conseils et enseignements d’Ophélie, que vous pouvez découvrir sur son blog « FRIC AU FÉMININ », et notamment à travers son article : « Comment libérer la relation à l’argent en 5 étapes ». 

Résumé : 

1 – Identifier notre culture, nos croyances, et schémas comportementaux vis-à-vis de l’argent

2 – et en prendre véritablement conscience

3 – Agir en transformant les croyantes limitantes, en croyances aidantes et bénéfiques, ainsi que nos émotions et comportements bloquants, pour les mettre au service de nos projets, de notre vie 

4 – Transformer notre relation à nous-mêmes en apprenant à nous valoriser, nous porter de l’estime, jusqu’à gagner une confiance en nous inaltérable et à l’épreuve de tout. Augmenter notre capacité de résilience en passant à l’action, jour après jour, petit pas par petit pas, pour atteindre nos objectifs. 

Vous obtiendrez + de détails dans mon article : «comment dépasser ses limites« .

Ophélie aborde précisément les méthodes et solutions pour réussir à vous valoriser, dans son article  : « Valeur perçue, comment l’augmenter ? ».

5 – Nourrir notre culture financière pour atteindre nos objectifs. 

Personnellement, je suis arrivée à cette étape. C’est la raison pour laquelle les enseignements d’Ophélie m’inspirent particulièrement actuellement. 

Comment être zen avec l'argent ?

Et vous, vous en êtes où dans votre rapport avec l’argent ? Êtes-vous Zen ?


Beatrice SEBAG - Auteur
À bientôt !
B.SEBAG

Comment dépasser ses limites ?

Carnaval d’articles proposé par Nicolas ROZALKI

Découvrez sur son blog « Apprenti Randonneur« , le cadre et les règles du Carnaval d’articles organisés par Nicolas ROZALKI sur le thème « Comment dépasser ses limites » .

Originaire de la Réunion, la trilogie d’articles « Magnifique randonnée à la Réunion au cirque de Mafate », me tient particulièrement à coeur sur le blog Apprenti Randonneur.

Randonnée au Cirque de Mafate – partie 1

Randonnée à la Réunion au Cirque de Mafate – partie 2

Magnifique randonnée à la Réunion au Cirque de Mafate – partie 3



Comment dépasser ses limites

Je vous livre ci-après, l’article que j’ai rédigé exclusivement pour le  Carnaval d’articles de Nicolas ROZALKI.
Nicolas, passionné de sport et également élève de la formation Blogueur Pro d’Olivier ROLAND tout comme moi, organise ce Carnaval sur son blog « Apprenti Randonneur ».

Béatrice SEBAG, Auteure.

« Le plus sûr moyen de cacher aux autres les limites de son savoir est de ne pas les dépasser – De Giacomo LEOPARDI

Pourquoi dépasser mes limites ?

Dépasser mes limites quel que soit le domaine concerné, m’aide à progresser d’une manière générale, à évoluer dans ma vie, en m’obligeant systématiquement à sortir de ma zone de confort. Cela me permet d’atteindre les objectifs que je me fixe à chaque nouvelle étape, afin d’améliorer ma qualité de vie et réussir à réaliser mes rêves in fine.

Comment je dépasse mes limites

Dès que je me sens enfermée ou bloquée à une étape, je ressens divers « symptômes » inconfortables, psychologiques et physiques. La première chose à faire : m’écouter. J’écoute ces signes. Ils sont mes indicateurs pour m’informer d’un besoin non respecté. Puis j’écoute mon dialogue intérieur, ces petites voix qui commentent chaque instant, chaque fait de mon vécu, chaque pensée. Je cherche à savoir quelles croyances limitantes ou négatives se cachent ou s’activent au coeur même du blocage ou de la difficulté rencontrée.
Je m’appuie sur ces révélateurs pour savoir quand je dois sortir d’une zone de confort, me dépasser et évoluer, pour retrouver mon bien être.

Comment je m’écoute ?

Je médite en pleine conscience. Cela me permet de me recentrer et d’identifier mes besoins non exprimés. En me connectant à moi, à ma partie la plus authentique et à l’instant présent, je me détache du mental (menteur) qui crée la confusion.

Dès lors, j’accède à mon intuition qui m’a, très souvent, déjà envoyé des messages que je n’ai pas entendus ou pas voulu entendre. Je me remémore le chemin déjà parcouru pour en arriver là, particulièrement les anciens objectifs atteints voire dépassés et toutes les petites victoires qui jalonnent mon passé. Je me rappelle que j’ai toujours su trouver les ressources nécessaires et m’adapter pour dépasser les épreuves et dans le cas contraire, j’ai toujours tiré les enseignements et appris de mes erreurs pour réussir à progresser. Cela m’aide à retrouver confiance en moi.
Je peux alors définir clairement mon nouvel objectif et le temps qu’il me faudra pour y parvenir. Ça sera ma priorité pendant toute la période envisagée.
Important : je ne me fixe pas plus de 3 grandes priorités par an !


Je découpe cet objectif en plusieurs étapes, avec des actions réalisables chaque jour, selon la méthode des « petits pas ».
Par exemple, si je dois modifier un comportement, je m’entraîne à le faire une fois sur 4, puis une fois sur 3, puis une fois sur 2. Je m’exerce au départ pendant un semaine et a minima pendant 21 jours pour intégrer le nouveau fonctionnement, afin qu’il devienne « la nouvelle norme ».

Pendant cette période, la priorité sera d’atteindre ce nouvel objectif et tout ce que je ferai sera focalisé sur ce but.

J’élimine donc de mon quotidien tout ce qui m’empêche, freine ou retarde l’atteinte de mon objectif : je fais le ménage. Je réduis toutes les activités qui ne le servent pas (télé, sorties, jeux, réseaux sociaux…) et écarte toutes choses, ou toutes personnes négatives qui me tirent vers le bas (infos, drames, parents, amis…).

Ok, mais après ?

La routine matinale. Chaque matin, je recherche et cultive une énergie positive quotidienne, une énergie haute et riche qui me permettra de passer à l’action en appliquant certaines méthodes qui s’inscrivent dans un véritable rituel de bien être.

  • j’écris 3 pages pour exprimer comment je me sens au réveil, et je transforme les croyances limitantes identifiées avec ces pages du matin,
  • je pratique la sophrologie et la visualisation,
  • j’écoute des mantras de guérison et de la musique (apaisante ou dynamisante selon mon humeur)
  • je prends conscience de tout ce que j’ai déjà de beau et de bien pour cultiver un sentiment de GRATITUDE.

N.B. : je ne fais pas TOUT ÇA chaque matin ! Je choisis en fonction de mes besoins du jour, de l’instant présent 🙂

Une bonne condition physique m’est également indispensable. Ainsi, je mange sain, j’évite les excitants, les excès de sucre, de gras, d’alcool et les drogues… tout ce qui peut être toxique ou peu sain pour mon organisme.

Et je m’emploie à pratiquer une demi-heure d’activité physique chaque jour en privilégiant la régularité à la quantité : marche, pilates, yoga, gainage, nage…

Je reste en contact avec la nature en allant à la mer, dans les bois… Je me connecte aux éléments pour rester centrée et positive.

En cas de « coup de mou » ou baisse de moral

Si j’ai une baisse de régime, je lâche prise, j’arrête de FAIRE et me recentre sur ÊTRE (méditation en focalisant sur mes 5 sens à l’instant présent). Puis j’accumule des expériences, des ressentis positifs et agréables. Je me fais plaisir, je me chouchoute, c’est ce que j’appelle le remède « chouchoutage intensif » (je joue avec mon toutou ou je me plonge dans un bain chaud, je vais chez le coiffeur ou m’offre un soin, un vêtement, ou bien j’appelle une amie, je vais à la plage…).Je me « lâche la grappe » temporairement, le temps d’une journée, d’un week-end, d’une semaine, s’il faut. Je recherche le plaisir et oublie pour un temps les résultats.
Je sens instinctivement lorsque je peux fonctionner à nouveau dans l’action, pour atteindre mon objectif.

Conclusion

Il existe de nombreuses façons et diverses méthodes éprouvées pour apprendre à dépasser ses limites, à chacun de trouver celles qui lui conviennent, voire créer les siennes en faisant preuve d‘honnêteté et de persévérance.

Comment dépasser ses limites
Comment dépasser ses limites

Comment dépasser ses limites
Béatrice SEBAG, Auteur
Roman les cadeaux mal emballés

Mon livre « Les cadeaux mal emballés » est disponible sur Amazon !

Cliquez ici pour le commander 🙂

À BIENTÔT !

Témoignage de Hervé – Éveil spirituel

Éveil spirituel – Témoignage de Hervé : l’Avant et l’Après

Témoignage de Hervé - Eveil spirituel

Le sens de la vie : le but de tout est d’évoluer – Bernard WEBER dans l’Empire des Anges

Avant l’Éveil

Je vous partage aujourd’hui dans cet article, le témoignage d’un éveil spirituel, celui de Hervé, homme marié de 42 ans, deux enfants, un emploi, propriétaire d’une maison dans le Sud de la France.

Il y a encore 3 semaines, rien ne prédestinait cet homme tout à fait ordinaire à vivre cette expérience spirituelle. Il vivait comme de nombreux hommes de son âge et de sa condition et ne se préoccupait absolument pas de spiritualité, de développement personnel ou autre sujet s’y rapportant. Il travaillait, élevait ses enfants, regardait souvent la télé, ne lisait jamais et adorait se rendre aux matchs de rugby du RCT. On peut presque dire qu’il était même relativement hermétique à ce genre de considération abstraite. Déborah sa femme, collègue et amie, s’est engagée sur le chemin du Dev. Perso. l’année dernière (en 2021). Nous nous sommes rencontrées dans le cadre d’une formation digitale, souhaitant plus que tout, l’une comme l’autre, quitter le salariat. Néanmoins, il y a encore tout juste trois semaines, Hervé ne partageait pas véritablement son engouement.
A présent pourtant, encore très surpris, il constate avec beaucoup d’émotion qu’il y a un véritable Avant et un Après dans sa vie, depuis cette expérience pour le moins inattendue. Je vous laisse l‘écouter au cours de l’interview que j’ai réalisée le jour de la fête des mères, à l’occasion d’un week-end tout à fait improvisé chez eux.

Cliquez sur la petite flèche noire ci-dessous pour écouter notre échange concernant l’expérience d’Hervé

Eveil spirituel – Témoignage de Hervé
Témoignage de Hervé-Eveil spirituel

Le contexte de son expérience d’Éveil

Avant d’en dire d’avantage sur l’après, il me semble important de revenir sur les conditions qui l’ont menées à cette expérience d’Éveil spirituel, à cette transformation, à cette nouvelle étape à laquelle il ne s’attendait pas.
Comme il nous livre de manière tout à fait authentique, Hervé se considérait comme un homme chanceux à qui la vie souriait. Il vivait de manière tout à fait traditionnelle sans se poser aucune question existentielle. Il m’avouera en toute humilité, qu’il a, comme tout un chacun, vécu des deuils, le rejet pendant son enfance, le chamboulement de l’adolescence, sans s’interroger outre mesure. Cependant, des peurs et notamment la peur de perdre : perdre de l’argent, la santé, des proches, son travail, sa maison, sa femme…lui gâchaient le quotidien. Le fait également de faire dépendre son bien-être des nombreuses attentes qu’il avait par rapport aux autres ou aux évènements extérieurs le rendait dépendant et lui procurait de l’insatisfaction, de la déception et sans cesse, de nouvelles peurs.

Témoignage de Hervé - Eveil spirituel

J’évoque ces sujets des peurs ou des attentes extérieures dans les articles de mon blog suivants que vous pouvez retrouver en cliquant sur les liens ci-après.

Cliquez sur les liens ci-dessous pour lire ou relire ces articles

Comment bien rater sa vie – Ou comment passer à côté de nos rêves « , l’article « 1er extrait de mon roman« .

Dans la série « Comment bien rater sa vie – Pourquoi et comment se libérer des fidélités et contrats inconscients ? », l’article  » Blessures émotionnelles  »


Amour, masochisme ou dépendance affective ? Moi, de meilleure ennemie à meilleure amie, l’article « Dépendance affective« .



Témoignage de Hervé - Eveil spirituel

Mais comme la majorité des individus, Hervé se disait « je suis comme ça et point barre ». Jusqu’à ce que le COVID lui tombe dessus violemment l’empêchant d’aller travailler, puis des douleurs handicapantes du dos le clouent au lit et pour finir, une épreuve familiale qui entache sa joie de vivre et l’accable véritablement. Sa première réaction est que, cette accumulation d’évènements éprouvants n’était pas « normale ». Il ne peut s’empêcher de penser à un sort, au mauvais oeil, tellement le mal être s’enchaîne rapidement.

Pas besoin d’être sorcier, médium ou médecin pour constater que son corps s’exprime soudainement d’une manière inhabituelle. Son être tout entier se révèle même touché, lorsque son moral bascule jusqu’au point d’imaginer qu’il puisse faire l’objet d’un mauvais sort ou de magie noire.

Après l’éveil

Le sens de la vie supprimé, il reste encore la vie – Albert CAMUS dans l’Homme révolté

Témoignage de Hervé - Eveil spirituel

Hervé envisage à présent sa vie d’une autre façon. Lui qui ne comprenait pas son épouse il y a moins d’un mois, envisage à présent de changer de métier. Malgré les épreuves, il se sent connecté à lui-même comme ne pouvait même pas le concevoir et se trouve à l’aube, qu’il l’ait souhaité ou pas, d’une transformation personnelle, d’une nouvelle étape plus riche de sens et d’énergie et lâche prise sur le passé pour se concentrer sur le présent, s’abandonner au monde des possibles et envisager un avenir nouveau quel qu’en soit l’issue.

Ce qui m’intéresse personnellement dans cette histoire, c’est qu’il ne souhaitait rien de tout ça. Ce qu’il voulait, c’est juste poursuivre sa vie, avec seulement moins de peurs quotidiennes. Son témoignage s’inscrit naturellement dans le thème de mon site et l’objet du roman que j’écris actuellement. Il nous parle d’une vie ordinaire, de chance, de qualités personnelles et d’épreuves soudaines se manifestant en série au cours de sa vie. Il nous parle également d’ouverture, de passage à l’action, de lâcher prise, de sortie de zone de confort et de peurs récurrentes.
Mais on comprend bien cependant qu’il n’a souhaité aucune transformation, ne s’est pas orienté de lui-même sur le chemin de la spiritualité, du développement personnel et encore moins d’un éventuel éveil. Malgré tout, son parcours n’en demeure pas moins initiatique et transformateur qu’il l’ai souhaité ou pas.

Conclusion

Le cheminement vers la spiritualité ou l’accès au développement personnel ne s’envisage pas forcément par une volonté, un désir, une quête ardente. Il peut tout simplement cueillir n’importe qui, sans crier gare et venir bouleverser nos vies pour nous guider vers une nouvelle orientation, une véritable transformation lente ou rapide. Nul besoin d’être perché ou prédisposé pour accéder à un tournant de vie et se réveiller un matin avec un nouveau regard sur la vie, sur soi, sur son existence. Nul besoin de routine quotidienne, de s’inscrire dans une nouvelle démarche consciente et catégorique pour se sentir évoluer, prendre un nouveau départ et changer radicalement ses paradigmes.

Je parlerai davantage et toujours de :

  • résilience,
  • de dépasser les peurs,
  • de passer à l’action,
  • d’accepter de sortir de notre zone de confort pour évoluer,
  • grandir et prendre les rênes de notre vie,
  • de nous reconnecter à notre puissance personnelle.


Plus que jamais, devenir notre priorité, accepter notre unicité, nos vulnérabilités et honorer notre identité me parait essentiel pour incarner la meilleure version de nous-même. Au-delà des peurs, ces prises de conscience nous guident naturellement vers la vie qui nous inspire véritablement afin que nous nous autorisions à réaliser nos rêves les plus chers, avant de quitter ce monde.

La véritable énigme à élucider est l’amour de soi, elle seule mène à l’éveil !

Elie CHALOUHI

Pour aller plus loin

Antoine de Saint Exupéry a écrit : « Victoire…Défaite…Ces mots n’ont point de sens. La vie est au-dessous de ces images et déjà prépare de nouvelles images. Une victoire affaiblit un peuple, une défaite en réveille un autre ».


Ecrivains, personnes publiques, artistes, internautes, quidam, nombreux sont ceux qui écrivent sur l’éveil :

« La maturité commence à venir avec le réveil de l’éveil spirituel » – Claude-May WAIA NEMIA, Maître Reiki, méditation
« N’oubliez-pas que chaque corps est l’écrin d’une âme en éveil » – Josiane COEIJMANS, Ecrivain
« Certaines personnes choisissent l’ignorance pour exister car l’éveil est une armure très lourde à porter » – Léa MAME, Artiste-Auteur
« Plus l’éveil est long, plus le réveil est douloureux », Patrick Louis RICHARD, internaute et Directeur de service
« L’éveil de notre audace est une nécessité pour ne plus laisser nos hésitations assassiner nos rêves » – Souleymane BOEL, Scénariste
L’éveil advient lorsque nous découvrons qui nous sommes – Elie CHALOUHI, internaute.

Pas besoin d’être cultivé, perché, sensibilisé, célèbre, artiste, beau, riche, exceptionnel, pour être touché par l’éveil. C’est une question d’âme. L’aspiration, les penchants, la couleur, la beauté, la profondeur, la musique, la présence, la connexion de notre âme.

Témoignage de Hervé - Eveil spirituel

EVOLUER

Nous évoluons en même temps que la planète évolue. Notre monde connaît des changements majeurs et nos modes de vie se transforment petit à petit. L’ère et le progrès ne sont plus essentiellement technologiques et matériel. Il est temps pour chacun de nous de développer de nouvelles façons de penser et d’envisager la vie afin de poursuivre notre évolution, l’évolution humaine, sur la terre, ainsi que l’explique clairement Christy DONOMA, Médium, sur son groupe Facebook « Au coeur de la vie« , par Anne Christy DONOMA.


« …Beaucoup de gens n’ont pas conscience de la transformation qui a lieu en ce moment. Les médias sont alarmistes et les évènements extérieurs nous paraissent pour le moins chaotiques la plupart du temps. Cependant et malgré toutes ces nouvelles négatives, certaines bonnes choses continuent à se produire jour après jour. Il s’agit d’aller de l’avant vers des temps plus positifs« .


Tout commencement, toute nouvelle étape évolutive, est initiée par le chaos, une période d’inconfort voire de chamboulement importants et éprouvants. L’enfant qui sort du ventre de sa mère pour naître, pousse des cris car respirer l’air est nouveau et éprouvant pour lui au regard de sa vie précédente dans le liquide amniotique.


« …La transformation de la terre (qu’on dit passer de 3D en 5D), se produit maintenant car l’humanité a atteint un niveau où elle peut gérer plus de connaissances, plus de pouvoir et plus de liberté financière. Mais comme pout tout processus d’évolution, tout le monde ne sera pas en mesure d’opérer cette transformation et faire le saut facilement.
Certaines personnes ont tout simplement peur d’abandonner leur esprit d’EGO et de laisser partir toutes les illusions qu’elles prennent pour la réalité depuis des années« .
Comme à chaque fois, nous devons avancer ensemble. Les plus conscients et les plus évolués auront à guider et à initier, en douceur et avec bienveillance, ceux qui se trouvent en difficulté.

Je rajoute qu’il n’y a rien de nouveau là dedans. Je suis surprise à chaque nouvelle étape de la vie et de l’évolution humaine, d’entendre les gens s’alarmer et craindre le pire alors qu’il s’agit juste d’une processus classique et connu d’évolution depuis des millénaires, inconfortable et éprouvant, certes mais rien de plus !

Anne Christy, nous confirme que nous accédons à un niveau de conscience supérieur contribuant au processus d’ascension collective de l’humanité.
L’éveil spirituel et le phénomène de conscience élargie sont les prérequis indispensables pour nous préparer à cette évolution.
Dans le royaume actuel de la 3D, tout est polarisé et il n’y a pas d’entre deux. Tout est noir ou blanc, bon ou mauvais, juste ou faux. Et j’ajoute personnellement, bien ou mal, sain ou toxique. Tout est question d’EGO et de séparation des autres et de la nature. Si une personne n’est pas PARFAITE en tous points, elle est considérée comme imparfaite et sans valeur.


Cela me fait penser à toutes les séries télévisées futuristes apocalyptiques dont les scénarios séparent inlassablement les personnes et aliènent irrémédiablement les plus faibles, les condamnant à souffrir et bien souvent à mourir. C’est comme si la nature humaine ne pouvait jamais imaginer et envisager le futur positivement et meilleur que le présent ou le passé. Et la majorité se complait dans ces scénarios dramatiques en les qualifiant de réalistes. Je conçois et constate pour ma part, que malgré toutes les épreuves et tous les drames humains et terrestres, le soleil se couche, certes quotidiennement le soir venu, mais se lève surtout chaque matin quoiqu’il advienne. Pour quelles raisons les projections dramatiques seraient plus réalistes que la la réalité elle-même ??? Ces projections me paraissent personnellement de pures manifestations d’EGO démesurés et incontrôlés, manipulation de l’orgueil.

Dans son message canalisé ce jour, Anne-Christy nous rappelle que nous jugeons les autres en fonction de leur apparence, de l’argent qu’ils ont ou par le fait qu’ils puissent être plus intelligents que nous. Et nous nous jugeons nous-mêmes en fonction de notre poids et de notre apparence, au lieu de ce qui, en nous fait notre valeur en tant qu’individus : la vibration de notre âme.

Pourtant, et cette fois c’est moi qui témoigne, lorsque nous passons à une nouvelle dimension, pour faire simple : la réalité devient beaucoup plus fluide et malléable.
Nous cessons et je le confirme, de :

  • prendre les choses au sérieux (petit clin d’oeil à l’article d’Eric BOUF sur l’Auto dérision)
  • nous nous détachons de nombreuses idées et comportements,
  • le(s) résultat(s) devient(nent) une valeur secondaire,
  • on se désengage et s’éloigne des drames, jugements, commérages…,
  • on travaille avec éthique et intégrité, etc…

« …Lorsque vous vivez dans cet état 5D, votre conscience se sent légère, libre et ouverte – tout semble facile parce que votre corps n’est plus alourdi par des vibrations négatives denses !

Vous pourrez également accéder plus facilement à vos capacités, car il n’y a plus de restrictions qui retiennent vos pensées dans cet espace. En d’autres termes : la seule limitation de votre esprit existe en vous-même.

Conclusion du message

Nous pouvons rendre ce processus de transition plus facile en changeant notre façon de penser et en étant plus positif sur tout ce qui nous entoure. La transformation de la Terre de la vibration 3D à la 5D se produira lorsque vous accepterez ces changements dans votre propre esprit, corps et âme.

Rappelez-vous que ce que les gens vous disent sur vous-même ou sur le monde qui vous entoure n’a pas d’importance, car VOUS seul savez qui VOUS êtes vraiment à un niveau profond de vous-même – peu importe qui ou ce qui entre dans votre vie de sources extérieures !

Cela signifie que si quelqu’un vous dit quelque chose de négatif sur vous-même, ne le croyez pas, car vous savez mieux que quiconque à quel point vous êtes extraordinaire !

Il est important d’être ouvert à l’idée qu’un changement se produit sur notre planète. Nous l’attendons depuis si longtemps. Nous pouvons avoir l’impression de faire la queue pour entrer au paradis, mais sans le savoir, nous y sommes déjà. Nous devons juste le réaliser ! ».

Je poursuis en citant une partie du RÊVE EVEILLÉ FINAL, reçu par Judith (et publié par Anne Christy) :

« Permettez-moi de vous assurer encore une fois que votre monde ne touche pas à sa fin !

Ce sont des moments pour vous concentrer sur ce que vous savez être bon et pour rechercher ce qui vous apporte la vérité !

La vérité apportera la paix à ton âme !

Les mensonges peuvent satisfaire l’égo pendant un moment, puis vous vous effondrez dans l’énergie qui ne contient rien.

La vérité vous tiendra et vous soutiendra !

Au fur et à mesure que tu avançais dans ce dernier rêve éveillé, tu as remarqué que tous les ponts qui te semblaient sûrs et solides ne te permettaient pas toujours de passer au travers !

Tu as peut-être remarqué les nombreuses personnes qui t’ont fait du mal alors que tu les aimais.

Mais souviens-toi de ceci !

Tu es toujours là !

Vous avez survécu à toutes les tempêtes, car votre âme est le capitaine !

Quelles que soient les circonstances dans lesquelles tu t’es trouvé, les questions n’ont fait qu’entraîner d’autres questions !

En fin de compte, ce sont tes questions qui t’ont conduit à cet endroit et à ce moment !

Et même si tu peux sentir que tu as déjà joué ce scénario auparavant, tu sais plus profondément que ce rêve est différent.

Tu es arrivé au centre de la tempête.

Vous êtes déjà venu ici auparavant.

Vous ne pouvez pas vous égarer alors que la lumière brise la tempête et qu’un chemin s’ouvre devant vous !

Concentre-toi sur ce chemin.

Tu es arrivé en tant qu’âme parfaite avec une identité temporaire.

Tu n’as pas apporté d’objets matériels.

Tu ne connaissais que l’amour.

En entrant dans la matrice, tu as appris qui tu n’étais pas !

Tu as appris la peur par des actions répétitives et en écoutant les autres dans la peur.

Votre culte le plus sacré était motivé par la peur de ce qui arriverait si vous ne suiviez pas les paroles qui vous étaient données comme vérité.

Plusieurs versions de la même histoire tordue.

Maintenant, tu es libre !

Mais vous serez encore plus libres lorsque vous vous élèverez en vibration vers la conscience qui vous a amenés sur Terre !

Vous serez en effet libérés des contraintes qui vous lient aux matières premières, à la terre et à l’argent !

Vous serez libres quand il n’y aura plus de guerre ou de maladie !

Cette liberté est la vôtre !

Vous rentrez chez vous !« . Message transmis le 30 mai 2022 par Judith

Il se peut que cette fois je sois perçue comme totalement perchée. Et ce n’est pas important. Personne n’est parfait ! Lol…Je préfère et fais le choix d’envisager et ressentir des énergies et des évènements positifs qui me portent et rendent ma vie plus belle car je l’expérimente véritablement chaque jour, Béatrice SEBAG.

Pour aller encore plus loin

Nous sommes venus ici pour apprendre et faire grandir nos âmes. L’âme secoue la cage de la vie durant ces années et nous réveille à sa présence et à ses besoins – Rudolf STEINER, The Wabi Sabi House

Pour vous donner toujours + de valeur, je partage également, ci-après, 3 articles pertinents et tout à fait complémentaires, rédigés par mon collègue Eric BOUF, Blogueur et Coach, qui vous aideront concrètement au quotidien :

 » Notre cycle de vie humain« ,

« La table d’émeraude – La puissance de l’invisible sur le visible« ,

« Comment bien ouvrir les champs du possible ? ».

Vous pouvez retrouver les articles, astuces, méthodes et enseignements d’Eric sur son Blog « Se réveiller pour se transformer« .



Acheter les cadeaux mal emballés

Cliquez ici pour commander mon roman « Les cadeaux mal emballés » 🙂


Témoignage de Hervé, éveil spirituel par Béatrice SEBAG, Auteur

A bientôt !

2ème extrait de mon roman

Béatrice SEBAG – Auteur

2ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Le désespoir est toujours une soumission – Romain GARY

Vous avez déjà pu prendre connaissance du 1er extrait de mon roman.

Découvrez à présent le second extrait :

2ème extrait de mon 1er Roman « Les cadeaux mal emballés »


2ème extrait de mon roman

2ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

Les cadeaux mal emballés

« … Yollande ne voulait rien entendre. Si Emma lui foutait la paix, Romain irait mieux ! Emma aurait bien voulu lui foutre la paix justement et faire ses valises. Mais Romain la retrouvait toujours à chaque rupture, la suppliait, l’implorait de revenir avec lui car il ne pouvait pas vivre sans elle.
Pour lui, ils étaient liés « à la vie, à la mort ».  Le rêve de Romain était d’ailleurs qu’ils se suicident ensemble après avoir fait l’amour.
Pourtant parfois c’est lui qui la quittait ou la jetait dehors plus précisément. Elle se réfugiait alors chez ses parents ou chez des amis, mais il ne s’était jamais passé une semaine sans qu’il ne la retrouve et lui ordonne de  revenir avec lui. Jamais !
Et ça ne manqua pas d’arriver une nouvelle fois.
Un matin alors qu’Emma venait de terminer de déjeuner et se préparait à aller travailler,  Romain lui demanda de partir.
– Fais ton sac et laisse-moi ! Lui dit-il le regard vide.
– Ne reviens pas !
Emma n’y croyait plus. A quoi bon s’en aller pour revenir dans une semaine ?!… Elle était lasse de se retrouver sans domicile, à errer dans les rues en cherchant une solution, d’autant plus que ça arrivait souvent la nuit tombée.

Elle en avait assez de mentir à ses proches et faire semblant que tout allait bien lorsqu’elle débarquait chez les autres pour dormir. Elle avait honte de sa vie. Honte de cette relation, mais ne voyait aucune issue puisque Romain la retrouvait toujours et qu’elle n’arrivait pas à lui dire non ni à lui échapper. Cette fois-ci, elle resterait, coûte que coûte ! En plus, elle savait bien qu’on aurait pu lui reprocher de partir alors que Romain était en plein deuil. Elle craignait le regard et le jugement des autres et ça, elle l’avait hérité de sa propre famille. Alors elle fit comme si elle n’avait rien entendu, monta dans sa voiture pour se rendre à son travail. Toute la journée à la boutique, elle fit semblant que tout allait bien, comme elle en avait pris l’habitude.
Quand elle rentra le soir, Romain était dans sa chambre à regarder l’aquarium de poissons rouges. Il pouvait rester des heures, une après-midi entière même, à regarder ces putains de poissons rouges
Quelques jours passèrent dans cette ambiance sans qu’un mot ne soit échangé. Yollande faisait comme si de rien n’était.
Emma se mit alors en quête de chercher un nouveau logement. Malgré qu’elle travaillait peu dans cette boutique de prêt à porter, qu’elle se présentait seule pour les visites et pour accomplir les démarches, elle réussit à louer un appartement.

2ème extrait de mon roman - Béatrice SEBAG

2ème extrait de mon roman

Un petit air de soumission. Le pire air pour un enfant – Elise TURCOTTE

Ce 2ème extrait de mon roman est tiré du début du chapitre II. Emma, l’héroïne, évolue toujours dans un environnement hostile et cherche désespérément à s’en sortir.

Pour aller + loin

Faut-il se soumettre pour plaire ?

L’article GUIDE DE SURVIE FACE AUX EFFETS DE GROUPE de ma collègue Blogueuse Margaux NEZAM, sur son Blog « Explosif à l’oral » nous déconseille fortement de se soumettre pour plaire, mais bien :

  • de prendre confiance en soi et ne surtout pas se cacher
  • de s’assumer et s’exprimer (ne pas se taire), surtout lorsqu’on sait bien manier les mots
  • d’oser briller !
  • d’apprendre à dire NON ! Non je ne me soumettrais pas et j’assume qui je suis et ce que je fais !
  • se défendre (même durement s’il le faut) lorsqu’on nous attaque (cesser d’être gentil)
  • ne pas descendre au compromis avec nous-même POUR les autres !
  • défendre notre place à où nous décidons qu’elle EST !
  • parler et si ça Dérange : parler plus fort !
  • ne JAMAIS baisser les yeux, parce que si nous le faisons une fois, nous ne pourrons plus les relever.

Je partage entièrement son avis et vous invite à être ou devenir FIER de VOUS !


Pour aller toujours + loin

Confiance en soi et intuition

Avoir confiance en soi et faire confiance en son intuition sont de précieux atouts pour éviter d’être soumis et de gâcher sa vie. Pour compléter le 2ème extrait de mon roman, retrouvez les meilleurs conseils pour retrouver confiance en soi et apprendre à faire confiance à notre intuition, dans mon article « dernier extrait de mon roman« .


Cliquez ici pour commander mon roman

roman les cadeaux mal emballés
2ème extrait de mon roman - béatrice SEBAG
À bientôt !

Blessures émotionnelles

Comment se libérer des fidélités et contrats inconscients ?

Le plus difficile c’est d’être fidèle à soi-même ! Lyse Desroches

Fidélités et contrats inconscients

Consciemment pour certains et inconsciemment pour la majorité, nous nous imposons, dans le 1er cas et subissons dans le 2ème, des contrats de fidélité avec nos parents et/ou nos premières « figures d’autorité » (s’il ne s’agit pas directement de nos parents). Pourquoi ?
Bien souvent, sous couvert d’amour, nous nous enfermons dans des comportements, des fonctionnements et adoptons des croyances (bien souvent limitantes), des idéologies qui ne sont pas véritablement les nôtres et ne relèvent pas de notre identité profonde.
La raison se trouve tout d’abord dans une souffrance directement liée aux blessures émotionnelles et précisément à la nature de nos blessures personnelles, que vous pouvez retrouver dans la vidéo ci-après : les 5 blessures de Lise BOURBEAU

Les 5 blessures émotionnelles

Etre fidèle à soi-même n’est pas nécessairement être infidèle à l’autre, Jacques SALOMÉ

Blessures émotionnelles

Comment bien rater sa vie ?

Personnellement, les premiers cadeaux de la vie, hormis la beauté et l’intelligence, ont été les blessures émotionnelles. J’ai souffert très jeune, inconsciemment, des 5 blessures et j’ai adopté des comportements dictés par mes parents, que je ne cautionnais pas pour « rester en lien » et ne pas être exclue de ma famille. J’ai par exemple renoncé à fréquenter mes cousins, ma tante, par fidélité à mes parents alors même que je n’ai jamais su ce qui motivait véritablement mes parents à agir de la sorte. J’ai également préféré choisir des études commerciales alors que j’étais littéraire et m’orientais vers une carrière prometteuse dans cette voie. Mais je me suis rendue aux arguments de mon père qui me conseillait de gagner ma vie rapidement à travers un diplôme qui me garantissait de trouver un emploi et devenir rapidement autonome. Je ne peux pas en vouloir à mon père car je suis certaine qu’il pensait me conseiller au mieux, l’indépendance financière et l’autonomie étant les valeurs essentielles familiales.

blessures émotionnelles - Béatrice SEBAG

Puis nos besoins principaux, découlant directement de la nature de nos blessures prédominantes, nous conduisent fatalement à alimenter ces contrats inconscients. Je m’explique : mes blessures émotionnelles principales sont l’abandon et le rejet. J’avais donc une peur viscérale d’être rejetée ou abandonnée. Je nourrissais ainsi des besoins d’appartenance et de reconnaissance impérieux. C’est à dire que je n’aurais pas supporté, enfant ou jeune femme, d’être rejetée ou exclue de ma cellule familiale. Pour cette raison, j’ai accepté de me conformer aux « orientations » et choix parentaux (principalement sur des sujets sensibles ou qui leur tenaient à coeur) pour garder ma place dans la famille et ne pas susciter de conflits qui auraient pu m’exclurent.

Au-delà de l’amour, ces fidélités sont adoptées bien souvent en raison de peurs profondes inscrites en chacun de nous. Nous aurons tous des peurs différentes en raison de notre nature, notre environnement, de nos empreintes de naissance. Personnellement mes besoins de faire partie et être reconnue trahissaient une peur panique de l’abandon et du rejet en raison de ces 2 blessures.

Ces stratégies, conscientes pour certaines personnes ou inconscientes pour d’autres, se révèlent bénéfiques dans un premier temps, car elles nous aident et nous protègent même, pendant les premières années de notre vie, en tout cas tant que nous vivons au domicile parental. Le danger est que, malheureusement, ayant quitté le giron familial, nous continuons, adulte, à fonctionner de la même manière, sous le joug des blessures émotionnelles, alors que ce n’est plus justifié. Ces comportements, croyances deviennent aliénants et nous empêchent d’évoluer naturellement. De bénéfiques voire salvatrices au départ, ces stratégies deviennent pour le moins négatives, voire toxiques si nous n’en prenons pas conscience. Nous avons enregistré ces « programmes », qui se déclenchent automatiquement par la suite dans tous les domaines de notre vie. C’est à dire que nous ferons de même avec nos amis, avec nos conjoints, nos employeurs, etc… A vitam aeternam, si nous ne les mettons pas à jour. Et petit à petit, nous nous coupons de nos propres ressentis, opinions et conséquemment de notre propre nature, notre unicité. Pourtant, toutes les croyances limitantes peuvent être transformées !

Un mal être persistant incompréhensible, des symptômes physiques récurrents, des maladies inexpliquées, des accidents ou conflits et échecs répétés, des addictions ou autres épreuves vont donc nous pousser à prendre conscience que nous nous sommes ainsi coupés d’une partie essentielle de nous, pour répondre à nos besoins de l’enfance et rester fidèles à nos engagements familiaux. Ainsi, sans le savoir, nous payons très cher ces fidélités et contrats inconscients. Nombre d’entre nous n’arriveront jamais à modifier ces schémas même si ceux-ci les empêchent d’être totalement libres. Pour diverses raisons (culture, tradition, valeurs…), les attachements trop importants à leurs yeux et les culpabilités qui découleraient d’un changement ou nouvelle orientation, engendreraient trop de souffrance psychologique pour eux.


Cette situation d’enfermement peut être illustrée par des animaux sauvages (lions, éléphants, singes…) vivant en captivité. En effet, plusieurs études ont démontré que des animaux enfermés ou attachés pendant de longues années, renoncent après quelques tentatives d’évasion, à s’échapper et acceptent leur vie en captivité voire en deviennent dépendants. Il s’avère même que lorsque ces animaux ont l’occasion, sur le tard, de retrouver leur liberté, ils restent dans la cage ou au pied du piquet qui les attachaient, même si leur cage est ouverte et s’ils sont détachés de leur lien et libres.

Blessures émotionnelles - Béatrice SEBAG

Blessures émotionnelles

Les DRIVERS
Ces fidélités peuvent aussi s’exprimer dans nos vies à travers des injonctions qui ont bercé et nourri notre jeunesse. On les appelle également les Drivers, voici les principaux :

  • Sois fort ! ou : ne montre pas tes émotions, tes sentiments…
  • Fais plaisir ! ou, ne dit jamais non, les autres d’abord…
  • Sois parfait ! ou, pas le droit à l’erreur, sois toujours le meilleur, fuis la médiocrité…
  • Dépêche-toi ! ou, pas le temps…fais vite…
  • Fais des efforts ! ou, tu peux faire mieux, c’est pas mal mais

Et il existe beaucoup d’autres injonctions qui nous enferment et nous coupent de nous-même, par exemple :

Blessures émotionnelles
  • Sois raisonnable
  • Ne fais pas l’enfant
  • Fais attention
  • On ne peut pas tout avoir
  • La vie est dure
  • Heureux au jeu, malheureux en amour
  • Tu me fatigues
  • Tu vas te faire avoir
  • Ne rêves pas
  • L’argent est sale
  • Prendre du plaisir c’est vicieux
  • Il faut travailler très dur pour gagner de l’argent
  • La vie est un combat
  • Tu as tout pour être heureux (se)
  • ect…
Blessures émotionnelles - Béatrice SEBAG

Comment bien rater sa vie

Fidèle à soi-même, c’est fidèle à son futur, non à son passé, Georges PERROS

Ces petites phrases « anodines » entendues régulièrement conditionnent notre discours intérieur, nos pensées et nous empêchent d’être nous-même. Jour après jour, en nous conformant à ses drivers, nous nous éloignons de notre vraie nature, de notre authenticité, notre identité profonde. Autant vous dire que les dés sont pipés d’avance si vous fonctionnez toujours en fonction de vos blessures émotionnelles. Ces confusions feront votre malheur si vous n’en prenez pas conscience et ne reprenez pas le contrôle de vos pensées et de votre vie.

Alors que faire ? Que faire pour se libérer, se reconnecter à soi sans pour autant renier nos proches, notre passé, nos origines ? Car oui pour évoluer, bon gré-mal gré, pour guérir de nos blessures émotionnelles, nous ne pourrons pas faire l’économie de revisiter ces contrats, leur origine, leur raison d’être, leurs bénéfices et leurs limites et à minima les transformer, voire les supprimer afin de pouvoir se libérer, retrouver l’accès à notre pouvoir créateur et retrouver nos capacités d’évolution.

Guérir ses blessures émotionnelles

A nouveau, Lise BOURBEAU propose des pistes pour s’en sortir dans l’une de ses vidéo ci-après :

On est fidèle à soi-même et c’est TOUT ! Jean ANOUILH

Conclusion

Sortir de la dualité BIEN/MAL

Les blessures émotionnelles que l’on porte ne sont pas dues aux traumatismes ou aux épreuves que l’on a vécus. Il y a toujours des personnes qui auront vécu les même épreuves, en tous points identiques : certaines s’en sortent et d’autres pas. Encore une fois POURQUOI ou COMMENT plus précisément ?
Ce ne sont pas les épreuves elles-mêmes, ni les traumas qui nous font souffrir. Sinon les conséquences seraient les mêmes pour tous !
C’est le regard que nous portons sur les épreuves et les traumas qui nous permettent soit, d’en faire des forces, en osant exprimer nos vulnérabilités et accepter nos part d’ombres, les considérer comme des atouts pour grandir et avancer,
soit se considérer comme une victime le reste de notre vie en rendant les autres responsables.

blessures émotionnelles


En tant que mère, j’ai appris que tout parent, quelque soit son comportement est paradoxalement motivé par de bonnes intentions quand il projette ses propres peurs sur ses enfants. Il souhaite à sa façon les protéger. Mais nos peurs ne sont pas forcément celles de nos enfants ou des autres. Une fois encore « la carte n’est pas le territoire » et chacun voit une partie de la vérité. Chacun détient un point de vue correct en fonction d’où il se situe, mais voit-il la globalité de la réalité ? Et son point de vue est-il adopté à la situation ou la personnalité de l’autre, même s’il l’a mis au monde ? Nos enfants, quoiqu’on fasse ou pense, ne sont pas une extension de nous-même et ne nous ressemblent pas forcément. Est-il vrai que parce que nous les avons conçus, portés et éduqués, nous saurions mieux qu’eux ce qui est bon pour eux ?

Pour aller + loin

Écoutez ou lisez le 5ème extrait de mon roman qui vous livre une de mes grosses blessures.


Pour aller encore + loin

Pour vous donner encore + de valeur, je vous propose de découvrir l’article « Votre phobie est une chance » d’une collègue de Bretagne Laurence DERIAN, rédigé sur son blog « OZ émotions – votre vie sans blocage« .



Je ne peux terminer cet article sans vous rappeler le titre de mon roman « les cadeaux mal emballés » qui invite également les lecteurs à regarder les épreuves et les obstacles comme des cadeaux qui peuvent nous rendre + forts.

Acheter les cadeaux mal emballés
1er roman

Cliquez ici pour commander mon roman

Le progrès est impossible sans changement et ceux qui ne peuvent jamais changer d’avis ne peuvent ni changer le monde, ni se changer eux-mêmes, Georges Bernard SHAW

À bientôt !

Abonnez-vous pour recevoir automatiquement les derniers articles !

Béatrice SEBAG - Auteur

À bientôt !

Dépendance affective

Dépendance affective

Amour ou masochisme ?

La guérison ne veut pas dire que les dommages n’ont jamais existé. Ça veut dire que les dommages ne contrôlent plus notre vie ! Akshay DUBEY

Moi, de meilleure ennemie à meilleure amie

J’ai vécu mes premières années et ma jeunesse comme dépendante affective et ne le savais pas. Après un romantique et magnifique 1er amour (heureusement !…), mes relations amoureuses se sont rapidement révélées toxiques et j’ai bien failli y perdre la raison et la vie. Je commençais à penser que j’étais maudite et qu’on m’avait jeté un sort. J’ai même envisagé la folie. Bref, quelque chose ne tournait pas rond. 

Ma vie amoureuse à commencé à s’améliorer lorsque j’en ai pris conscience, malheureusement, j’avais déjà subi la violence, essuyé un divorce, vécu toutes sortes de trahisons et était devenue maman. Entre maladies de toutes sortes (et oui, je somatisais énormément, bien sûr…), honte et culpabilité, cela m’a pris beaucoup de temps à me libérer et sortir de cette addiction, d’autant plus qu’elle n’était pas la seule : accro au sexe, à la nourriture, à la marijuana, au travail, au sport…J’ai fait 15 ans de thérapie classique et des accompagnements en développement personnel de toutes sortes pour apprendre que ce comportement naît dans la petite enfance, à cause d’une blessure d’abandon.

dépendance affective - Béatrice SEBAG

Dépendance affective

Ce qui ne vient pas à la conscience revient sous forme de destin, Carl Gustave JUNG

Pourtant je n’avais pas souvenir d’un véritable abandon au cours de mes premières années et me sentais plus étouffée et sous contrôle, qu’abandonnée. J’ai du chercher longtemps avant de comprendre tout ce que pouvait signifier le terme abandon. Inconsciemment, mon comportement, mes relations et même mon identité se sont construits autour de cette première blessure.

Pour sortir de cette dépendance affective, il m’a fallu entièrement « reformater mon disque dur » et changer mes programmes initiaux installés au cours de l’enfance. J’ai du modifier mon regard sur la vie (le monde était hostile), sur moi (je ne me trouvais jamais « assez »), sur les autres (ils allaient me faire du mal et me rejeter si j’étais spontanée et authentique). J’oscillais en permanence entre dévalorisation et sur estimation. Pendant les phases de sous-estimation, je luttais contre mes anxiétés, recherchant des relations fusionnelles et multipliant les conduites à risques. A l’inverse, en période de sur estimation, j’empruntais un comportement d’évitement et de fuite  en portant un masque de surface et une carapace bétonnée. Mais avec cette seconde stratégie d’évitement, la solitude et la déprime me rattrapaient inexorablement.

Dans les deux cas, mes relations, de couple notamment, demeuraient pour le moins compliquées voire dramatiques pour certaines. J’avais pris l’habitude de cacher mes émotions et contrôler tout ce que je disais. C’était épuisant. J’étais devenue ma meilleure ennemie et l’ombre de moi-même. J’ai en outre souffert d’un énorme sentiment d’injustice au regard de mon entourage proche qui me considérait folle ou caractérielle et avait tendance à ne valoriser de moi que ce qui servait leurs intérêts.

dépendance affective - Béatrice SEBAG

Au fond de moi pourtant, je sentais bien que mon environnement contribuait à mon mal être. Aux yeux de mes proches, je me sentais tour à tour : faire valoir, objet, doudou, souffre douleur… Mais comment en vouloir à ses parents, sa fratrie, sans prendre le risque de se faire rejeter alors qu’on recherche justement à « faire partie » du mieux qu’on peut portée par un intense besoin de reconnaissance ???…

Toujours pour sortir de cette dépendance affective, je me suis faite accompagner en sophrologie, j’ai fait remonter à ma conscience et revisité des traumas et épreuves grâce à l’hypnose, me suis formée en Communication Non Violente. J’ai également bénéficié de la PNL, ai appris le Reïki, la communication non verbale. J’ai pratiqué l’Art Thérapie à travers le chant, la musique, le dessin et l’écriture. Je suis allée découvrir le monde des rêves et j’ai étudié les symboles oniriques et universels car je me rendais compte que nombre de mes rêves se révélaient prémonitoires.  Le pouvoir symbolique des contes m’a beaucoup aidé. Je suis allée jusqu’à étudier la symbolique des patronymes et des prénoms et j’ai découvert l’importance et le poids du projet et de l’emprunte de naissance.

Bref, pour sortir de la dépendance affective, j’ai passé trente années de ma vie à me former en développement personnel et me faire coacher pour retrouver ma vraie nature, mes valeurs et me réconcilier avec mon identité profonde.  A l’occasion d’un terrible deuil à l’âge de 23 ans, l’ésotérisme et le para-normal ne m’ont pas laissé indifférente et j’ai appris que j’étais hypersensible, empathe et canal médium. J’ai alors également creusé cette voie, avec la pratique du pendule, le tarot divinatoire et les oracles.

Mes thérapeutes et coachs m’ont conseillé la pratique régulière, voire quotidienne de sport et le retour vers la nature ainsi qu’une modification de ma relation à la nourriture et à la sexualité. Je mangeais énormément et la séduction était devenue mon sport favori. Je m’étais construite un personnage social de redoutable séductrice, mais ne retirais que très peu de satisfaction de mon tableau de chasse. Comme j’ai cependant toujours eu la chance et la facilité d’accéder jeune, au plaisir et à la jouissance sexuelle, j’étais très rapidement tombée accro de ce petit jeu, pour le moins toxique, qui m’a davantage coupé de mon corps et de mes émotions.

Mon processus de transformation à pris du temps car je suis allée travailler en profondeur. Devenue parent, mère à 27 ans, alors même que la médecine m’avait invitée à l’adolescence à faire mon deuil de la maternité, cet enfant a été pour moi le plus beau cadeau de la vie. Consciente de ce privilège, je ne voulais pas que mon fils erre et souffre autant moi dans sa vie et j’ai voulu lui donner le meilleur de moi.

Pour éviter que mon fils devienne dépendant affectif, j’ai revisité toutes mes croyances, cherché à couper au mieux les liens transgénérationnels et modifié les fonctionnements toxiques dont j’avais hérité (et que j’avais consciemment ou inconsciemment adoptés), afin de pouvoir lui transmettre, le meilleur de l’éducation bienveillante. Ma priorité était qu’il se sente libre, fier de son identité et qu’il conserve  toujours son libre arbitre quoiqu’il arrive. Bien entendu, je me suis plantée (quand je me plante, je pousse, lol…) sur certains points en cherchant à le protéger et souhaitant anticiper les évènements. J’ai compris bien après les épreuves, qui n’ont pas manquées de l’ébranler et le perturber, que j’étais également passée à côté d’autres aspects plus importants de sa vie.

Pour me reconnecter à moi, guérir et transformer ma vie, j’ai du identifier mon système de pensées, analyser mon discours intérieur, enlever tous mes filtres qui rendaient le monde hostile, afin de l’appréhender de manière plus objective et comprendre que « la carte n’est pas le territoire ».  J’ai créé des changements significatifs, en travaillant sur mes croyances limitantes, sur mes schémas émotionnels, sur mes fonctionnements automatiques. J’ai expérimenté et mis en place de nouvelles actions, sur tous les plans (émotionnel, physique, mental et spirituel), en sortant du cercle vicieux et de la « zone de confort » dans lesquels j’étais enfermée. 

dépendance affective Béatrice SEBAG

Il y a 10 ans, j’ai commencé le yoga et la méditation. Le yoga me permet d’ entretenir mon corps de façon plus douce et bienveillante (j’avais fini par pratiquer le fitness à outrance comme exutoire, telle une machine de guerre) et d’accéder à une énergie haute et créatrice, à plus long terme. La méditation s’est révélée salvatrice en me permettant de sortir de mon mental tyranique et  de me reconnecter à l’instant présent, en chassant la déprime (habitude de vivre dans le passé) et l’anxiété (se projeter dans l’avenir). Démasquer et démonter les réflexes de l’égo s’est avéré plus qu’inconfortable et j’ai bien souvent avancé épuisée, la peur au ventre.

Cependant, je n’aurais pas pu faire l’économie de modifier l’intégralité de mes biais cognitifs adoptés pendant l’enfance, pour devenir la femme authentique et libre que je suis à présent. Je suis donc passée de meilleure ennemie à meilleure amie, de l’ombre à la lumière, en traversant les opposés.

De nos jours, la plupart de ces théories et solutions pour guérir et se reconnecter à soi sont connues et communiquées au grand public. Il est possible pour chacun de trouver des solutions pour se libérer et transformer sa vie plus rapidement qu’autrefois. Le bien être, la réussite et la santé relèvent de notre responsabilité. Quelque soit notre passé, notre vécu et même si nous évoluons dans un environnement toxique, il ne tient qu’à nous de nous donner les moyens de nous sentir heureux (ou pour le moins satisfaits), de réussir notre vie et oser concrétiser nos rêves. A moins que mon passé vous fasse rêver ?…



Pour aller + loin

Dépendance affective – TEST

Comment savoir si vous êtes dépendant affectif ?

Je vous propose de faire ce petit test proposé sur le site « Dépendance affective »


Pour aller encore + loin

  • Retrouvez le 1er extrait de mon roman qui vous livrera quelques indices sur la façon dont je me suis rendue compte que j’étais dépendante affective.

  • Afin de vous apporter toujours plus de valeur, je vous invite à regarder la vidéo ci-après de ma collègue et amie, Sandra MANENT, coach de vie saine et consciente auprès des femmes dont le blog est « Les porteuses de sens« .

    Béatrice SEBAG

    Abonnez-vous pour recevoir automatiquement les derniers articles !

    BSB se livre

    Les émotions

    Les émotions -Beatrice SEBAG

    BSB se livre partage

    « SAV des émotions

    l’ombre »

    par Axel LATTUADA

    J’adore l’humour, le spectacle, les artistes, les arts et le développement personnel.

    Et là plutôt qu’écrire un article, j’ai trouvé sympa de partager le contenu d’un artiste qui présente clairement avec humour, les différentes émotions et le discours intérieur que nous avons avec chaque partie de nous. Bien entendu, certains ne concevront pas ces approches de « Discours Intérieur » et des « Différentes Parties » qui composent chaque être humain. Cependant, je mise sur le fait que mon audience, mes lecteurs, partagent ma passion pour le Développement Personnel et sont déjà sensibilisés à ces approches, voire les connaissent et les entendent. Pour les autres, je ne rentrerai pas dans les polémiques, si ces concepts vous dérangent, passez tout simplement votre chemin et concentrez-vous sur des sujets qui vous inspirent véritablement.

    Ceci étant dit, je pense que cette vidéo apporte un éclairage nouveau sur un sujet plus que jamais d’actualité au regard de notre actuel contexte sociétal et de ses répercussions ou conséquences sur la relation humaine et notre relation à nous-même.
    Travailler sur soi pour évoluer ✅ et aider les autres à comprendre, de manière ludique, un sujet sensible comme les émotions : je dit BRAVO Axel Lattuada !

    ENJOY ! 🙂

    SAV des émotions

    Les émotions – suite…

    Pour aller + loin

    Pour en apprendre encore + sur les émotions, je vous invite à lire l’article suivant « apprendre à maitriser ses émotions » de mon collègue blogueur Nicolas GALLI, rédigé sur son blog « Développer sa confiance en comprenant son cerveau ».

    https://developpersaconfiance.com/savoir-apprehender-affect-agir/


    Pour aller encore + loin

    Pour connaître les raisons pour lesquelles j’ai osé dépasser mes peurs et suis passée à l’action à 53 ans en écrivant mon 1er roman, découvrez ou retrouvez mon article « Dépasser ses peurs » en cliquant sur le lien suivant https://bsbselivre.com/oser-depasser-ses-peurs/



    Béatrice S. se livre


    les émotions - Béatrice SEBAG

    À bientôt !

    Qu’est-ce que la résilience ?

    La folie c’est de faire toujours la même chose
    et s’attendre à un résultat différent !

    Albert EINSTEIN

    La résilience ? C’est quoi en fait ?

    Pour parvenir à réaliser nos rêves, nous devons augmenter notre capacité de résilience.
    Mais qu’est-ce que la résilience ? 

    Je vous entend déjà vous dire : »mais pourquoi elle nous parle de rêve et de résilience ? Encore une perchée ! ».
    Alors c’est quoi la résilience ?

    Pour faire court et rentrer dans le vif du sujet, la résilience et être résilient, c’est accepter de dépasser nos peurs, surmonter les épreuves, les chocs traumatiques et continuer à avancer en conservant un état d’esprit positif.
    C’est ce qu’on appelle : sortir de notre zone de confort pour  continuer à avancer.

    Définition académique : c’est l’aptitude à rebondir plus ou moins rapidement après avoir subi un échec ou une perte. Le point de vue de quelqu’un qui est résilient tient au fait qu’il perçoit sa mésaventure comme une nouvelle opportunité d’aller de l’avant en créant une nouvelle situation plus adaptée, une sorte d’ascension dans sa vie. D’autant plus que la chute devient un accélérateur de conscience puissant. De toute évidence, il faut abandonner la vision d’être victime.


    Et si je vous en parle  dans ce  premier article,  c’est que je l’ai appris à mes dépens, dans la « matière » comme on dit maintenant.

    qu'est-ce que la résilience ?

    Ce qui n’est pas de la résilience
    Prendre conscience que fonctionner toujours de la même manière, c’est précisément rester dans notre zone de confort est la première chose à comprendre. La conséquence de ce fonctionnement est assurément négative. J’ai testé pour vous ! En effet, ça nous empêche d’atteindre des résultats différents et nous conduit inlassablement à l’échec.
    Mais pourquoi la majorité des gens restent bloqués dans leur zone de confort alors ?
    Et bien,  même si notre zone de confort nous enferme et nous limite, consciemment ou inconsciemment, nous retirons des bénéfices à y demeurer. Ne pas prendre de risque,  utiliser des méthodes approuvées, qui ont fait leurs preuves, faire comme les autres, c’est confortable et rassurant. En plus on ne se sent pas tout seul dans son caca…
    Et je dirais même que ça nous donne bonne conscience.
    Donc ces « bénéfices » à court terme nous paraissent plus avantageux et moins coûteux que faire l’effort de procéder différemment, changer nos habitudes et expérimenter d’autres comportements.
    Une expression bien connue, que nous appellerons  « croyance limitante », confirme cet adage : « On sait ce qu’on perd mais on ne sait pas ce qu’on gagne« . Ben oui ma p’tite dame ! 

    qu'est ce que la résilience ?


    Résultat la majorité des personnes passent à côté de leurs rêves en continuant à croire et faire confiance à ce style de dicton populaire, à ces croyances limitantes et à faire comme tout le monde.
    Les autres ce sont des originaux, fantaisistes, voire des marginaux ou des perchés…
    Pourtant, et c’est scientifiquement prouvé, le cerveau humain fonctionne naturellement selon deux sortes de stimulis le plaisir ou la souffrance, le gain ou la perte. Et la plupart des individus, surtout concernant les dernières générations, privilégient les plaisirs immédiats et les gains à courts terme.

    La résilience concrètement

    Oser se confronter à ses peurs et rester délibérément dans une situation frustrante, inconfortable, voire douloureuse ne motive pas grand monde. Pourtant, c’est précisément faire preuve de résilience. Fonctionner de la sorte permet d’augmenter notre capacité de résilience et gagner d’avantage de bien être, d’argent et améliorer de manière significative tous les domaines de notre vie à long terme.

    J’ai longtemps fonctionné comme la majorité des personnes, ne voulant pas sortir de ma zone de confort, avant de me retrouver enfermée dans un cercle vicieux qui m’a conduite pas à pas au mal être, à la maladie physique et psychologique, à la souffrance, pour ne pas dire au suicide.
    C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité rédiger mon 1er article en vous parlant de Résilience dans le cas précis vous êtes à la poursuite de vos rêves.

    J’écris mon premier roman

    Qu'est-ce que la résilience ? B.SEBAG

    Vous aurez accès, à la rentrée de septembre 2022 (si je ne procrastine pas trop…),  à  un aperçu de ma descente aux enfers dans le premier livre que j’écris en ce moment.
    Et je vous livrerai prochainement sur cette page,  des extraits de ce roman en cours d’écriture, qui illustreront chaque article que je publierai.

    La théorie, les méthodes et discours, c’est bien…
    Là, il s’agira de vécu et des enseignements que j’en ai tirés pour me sauver, me guérir, me libérer et enfin réussir à réaliser mes rêves les plus chers.
    Je vous dirai tout, sans langue de bois, c’est pour ça que j’ai nommé ce bloque BSB se livre.
    « BS » pour Béatrice SEBAG ;  le 2ème « B », je vous expliquerai plus tard…(Just wait and see) et « se livre » : parce que je révèlerai dans mon LIVRE, tout le parcours qui m’a mené jusqu’à  ce Blog.
    Si, tout comme moi,  l’écriture, la lecture et le développement personnel inspiré par les relations humaines quotidiennes vous passionnent, ne manquez pas de suivre mes prochains articles et ABONNEZ-VOUS !
    Car c’est confirmé : Béatrice S. Se livre !

    Découvrez le 5ème extrait de mon roman intitulé « Résilience » en cliquant sur le lien qui suit : https://bsbselivre.com/5eme-extrait-de-mon-roman-auteur-beatrice-sebag/

    Pour aller plus loin

    Pour en savoir +, je vous invite à regarder, en cliquant sur le lien ci-dessous, une vidéo du SPÉCIALISTE de la résilience : Boris CYRULNIK.

    https://www.youtube.com/watch?v=2OZAEzECp3w

    La résilience pour résumer

    Vous trouverez ci-après une autre explication très claire et résumée de ce qu’est la Résilience, avec des petits dessins lol…, dans la vidéo de « Matteo de Mind Parachutes ».


    Cliquez sur le lien qui suit pour accéder au résumé.

    https://www.youtube.com/watch?v=cDEmKrikKig

    En Bonus, je vous offre une petite vidéo inspirante, toujours sur le sujet de la résilience.


    Cliquez sur le lien ci-après pour gagner une petite dose de motivation avant de passer à l’action pour oser
    Réaliser VOS RÊVES !!!!

    https://www.youtube.com/watch?v=tJNr5nGUu2U

    Qu-est ce que la résilience ?
    Béatrice SEBAG
    Auteur en herbe

    Abonnez-vous et suivez mes aventures jusqu’à la sortie de mon roman (qui devrait sortir en septembre 2022),
    et plus si affinités 🙂

    À bientôt !

    Abonnez-vous pour recevoir automatiquement les derniers articles !

     

     

     

     

    Qu'est-ce que la résilience - B.SEBAG
    Auteur
    Béatrice SEBAG

     

     

     

    Béatrice S. se livre
    Blog BSB se livre.com